Tous les candidats belges et "presque belges" retenus au deuxième tour

Avec Jolente de Maeyer (étudiante à la Chapelle Musicale) et Lorenzo Gatto pour seuls représentants, les Belges n’étaient pas nombreux, certes, mais les voilà tous deux admis en demi-finale, dequoi provoquer l’euphorie de leurs supporters, venus en nombre au Conservatoire, samedi soir ! Demi-finale, mode d’emploi

Martine D. Mergeay
Tous les candidats belges et "presque belges" retenus au deuxième tour
©D.R.

Avec Jolente de Maeyer (étudiante à la Chapelle Musicale) et Lorenzo Gatto pour seuls représentants, les Belges n’étaient pas nombreux, certes, mais les voilà tous deux admis en demi-finale, dequoi provoquer l’euphorie de leurs supporters, venus en nombre au Conservatoire, samedi soir ! Le retard inhabituel du jury - les noms des demi-finalistes, attendus pour minuit, furent proclamés à minuit 45 - laisse supposer qu’il y eut l’un ou l’autre ex-aequo, mais les résultats rencontrèrent globalement les impressions du public, à l’exception notoire de la Coréenne Um Danbi, 19 ans, dont la prestation (nous n’y étions pas) avait suscité l’engouement général. Parmi les candidats non retenus, nous avions souligné l’intelligence raffinée du Japonais Yusuke Hayashi, la maturité du Russe d’origine albanaise Regi Alexandros Papa, le tempérament généreux de la Norvégienne Mari Samuelsen : on devra les suivre ailleurs qu’au Concours, les occasions ne manqueront pas, le monde est vaste.

On se réjouit, par contre, de retrouver quelques personnalités marquantes de ce premier tour (notant que nous n’avons pas entendu tous les candidats) : la solaire Lettone Vineta Sareika (étudiante à la Chapelle Musicale), la lunaire Chinoise Zhang Jing, l’éblouissante Nippo-allemande Yuki Manuela Janke, la Coréenne Kim Suyoen, déesse favorable (voir plus loin), le vibrionnant Slovaque Dalibor Karvay, ainsi que les deux derniers à s’être présentés samedi soir, le Russe Nikita Borisoglebsky (étudiant la Chapelle musicale) et l’Australien Ray Chen.

Si l’on ajoute à cette liste l’Arménien Hrachya Avanesyan (prestation en concurrence avec la création de Kris Defoort à La Monnaie, on ne peut pas être partout ), on constatera que les trois étudiants de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth - on dira : les "presque Belges" - sont également passés (le Russe Leonid Smorguner, souffrant, ne s’est pas présenté). En tout, cinq "locaux" internationaux, de quoi susciter un intérêt tout particulier pour la suite des événements.

Quant aux musiciens non retenus, ils auront la possibilité de rencontrer les membres du jury pour évaluer leur prestation; ils sont également invités aux master classes données, par ces mêmes membres du jury, au MIM, du 19 au 22 mai (semaine de relâche du concours). Plus qu’un prix de consolation.

Revenant en arrière, à la séance de vendredi après-midi, nous y avons découvert l’une des plus belles personnalités de la session, la Coréenne Kim Suyoen, 21 ans. Physique imposant et sobre, robe noire, cheveux simplement retenus en arrière, elle impose dès son entrée en scène un silence palpable et y déploie d’un coup son propre univers - temps suspendu, espace infini, sonorités de pure lumière Elle ne se projette pas, elle attire irrésistiblement l’auditeur dans son rêve intérieur : Bach miraculeux, à la limite (non franchie) de l’immatérialité, Bartók voluptueux, Paganini plein d’esprit. Suyoen a choisi le concerto de Beethoven, on la verrait bien première. A l’autre bout de la galaxie, le Slovaque Dalibor Karvay, 23 ans, mouchait les chandelles vendredi soir : aussi brillant qu’en 2005, mais moins fou (et un peu moins libre), il est, avec Lorenzo Gatto et Jolente De Maeyer (vernie ), de ceux qui prouvent qu’au Reine Elisabeth, on peut tenter sa chance deux fois. Enfin, samedi soir, Nikita Borisoglbsky, technique sûre et musicalité cultivée, et Ray Chen, sonorités célestes et approche alternative, fournirent deux prestations en total contraste mais d’un égal bonheur (tous deux retenus).

www.cmireb.be