Backtracks AC/DC

Attention, c’est du dur. On savait qu’AC/DC roulait non seulement au 380 triphasé et faisait sauter régulièrement le técot, mais aussi que c’était un groupe rare. Voilà donc qu’il propose ses raretés, non pas inédites, mais dispersées dans le catalogue notamment lorsque, au début, les versions internationales des 33 tours différaient des versions australiennes. Cela donne de quoi faire chauffer les amplis bien sûr, d’autant plus que ces raretés sont de studio, mais aussi en public, un terrain qu’Angus et sa bande dévastent avec bonheur. Et comme, dans le genre, l’on ne recule devant rien, un DVD, subtilement intitulé "Family Jewels", raconte la même chanson, mais en images.

(DS)

Attention, c’est du dur. On savait qu’AC/DC roulait non seulement au 380 triphasé et faisait sauter régulièrement le técot, mais aussi que c’était un groupe rare. Voilà donc qu’il propose ses raretés, non pas inédites, mais dispersées dans le catalogue notamment lorsque, au début, les versions internationales des 33 tours différaient des versions australiennes. Cela donne de quoi faire chauffer les amplis bien sûr, d’autant plus que ces raretés sont de studio, mais aussi en public, un terrain qu’Angus et sa bande dévastent avec bonheur. Et comme, dans le genre, l’on ne recule devant rien, un DVD, subtilement intitulé "Family Jewels", raconte la même chanson, mais en images.

1 coffret 2 CDs 1 DVD Columbia/Sony.