Lorsque "Candide" découvre Anvers !

Il y avait en Westphalie, dans le château de M. le baron de Thunder-ten-Tronckh, un jeune garçon à qui la nature avait donné les mœurs les plus douces. Sa physionomie annonçait son âme. Il avait le jugement assez droit, avec l’esprit le plus simple; c’est, je crois, pour cette raison qu’on le nommait Candide."

MDM

Il y avait en Westphalie, dans le château de M. le baron de Thunder-ten-Tronckh, un jeune garçon à qui la nature avait donné les mœurs les plus douces. Sa physionomie annonçait son âme. Il avait le jugement assez droit, avec l’esprit le plus simple; c’est, je crois, pour cette raison qu’on le nommait Candide." Ainsi Voltaire présente-t-il le héros de son célèbre conte philosophique, satire violente de la bêtise et de l’aveuglement humains doublée d’un récit d’aventures plein de rebondissements.

En choisissant ce texte - à la fois ironique, profond et tendre - pour son "musical" éponyme, Leonard Bernstein réalisa le vœu caressé par de nombreux compositeur avant lui, découvrant chez Voltaire des thèmes d’une étonnante actualité dans la société américaine contemporaine : le snobisme, le puritanisme, le moralisme opportuniste, l’impunité du plus fort. La gestation du projet fut pourtant longue et laborieuse ; créée en 1956, la pièce fut sans cesse retravaillée par Bernstein et ne connut sa forme définitive que peu avant la mort du compositeur, en 1990.

Réputée légère mais répondant aux critères exigeants de la comédie musicale, "Candide" est pour la première fois à l’affiche de l’Opéra Flamand à l’occasion des fêtes de fin d’année ! La mise en scène est confiée à Nigel Lowery, metteur en scène et scénographe britannique de réputation internationale, déjà connu du public flamand pour une mémorable production de "Rinaldo" ; et c’est le chef des chœurs Yannis Pouspourikas, également chef d’orchestre attitré du Vlos, qui assurera la direction musicale. La distribution est annoncée exceptionnelle : le jeune ténor américain Michael Spyres interprétera le rôle de Candide et Jane Archibald - récemment désignée "meilleure soprano colorature" de notre époque - sera la pétillante Cunégonde. Graham Valentine, l’"acteur de caractère" de l’ensemble de Christoph Marthaler, jouera le double rôle de Pangloss et de Martin. Deux légendes complètent cette distribution : la soprano wagnérienne Karan Armstrong chantera le rôle de la Vieille Dame et le ténor Keith Lewis, qui chanta Mozart avec les plus grands, celui du Gouverneur.

Opéra Flamand, à Anvers du 15 au 29 décembre, à Gand, du 9 au 17 janvier. Info : 070.22.02.02 ou www.vlaamseopera.be