Nathaniel Rateliff

Un timbre de voix où plane l’ombre de Johnny Cash et des ballades crèves-cœurs de l’Eddie Vedder d’ "Into The Wild". Nathaniel Rateliff emmène l’auditeur dans un voyage somptueux en terres folk et americana. Originaire d’un bled perdu quelque part entre Saint-Louis et Kansas City, cet ex-chauffeur routier reconverti dans le jardinage pour s’être endormi au volant (suite à des problèmes de thyroïde) livre "Memory Of Loss", un premier effort studio aidé de Brian Deck d’Iron & Wine. Si la renaissance de la folk US a tendance à tourner en rond ces dernières années, nul doute que notre paysagiste crépusculaire dessine le visage de la mélancolie avec talent. Tacheté de quelques cœurs et traversé de pianos, ce songwriter que les amoureux de Micah P. Hinson devraient adopter sans peine fera un détour par Bruxelles après avoir posé ses bottes en Allemagne, en Grande-Bretagne et France. Préparez le feu de camp.

Un timbre de voix où plane l’ombre de Johnny Cash et des ballades crèves-cœurs de l’Eddie Vedder d’ "Into The Wild". Nathaniel Rateliff emmène l’auditeur dans un voyage somptueux en terres folk et americana. Originaire d’un bled perdu quelque part entre Saint-Louis et Kansas City, cet ex-chauffeur routier reconverti dans le jardinage pour s’être endormi au volant (suite à des problèmes de thyroïde) livre "Memory Of Loss", un premier effort studio aidé de Brian Deck d’Iron & Wine. Si la renaissance de la folk US a tendance à tourner en rond ces dernières années, nul doute que notre paysagiste crépusculaire dessine le visage de la mélancolie avec talent. Tacheté de quelques cœurs et traversé de pianos, ce songwriter que les amoureux de Micah P. Hinson devraient adopter sans peine fera un détour par Bruxelles après avoir posé ses bottes en Allemagne, en Grande-Bretagne et France. Préparez le feu de camp.

Bruxelles, Botanique, le 9 février, dès 20h., de 7 à 13 €. Infos : 02.218.37.32 et www.botanique.be