Bob Marley mourait il y a 30 ans

Bob Marley, le "pape du reggae" aux plus de 200 millions d’albums vendus dans le monde, est mort le 11 mai 1981 à Miami, il y a 30 ans, occasion de rendre hommage à celui qui continue, génération après génération, de faire vibrer la planète.

Bob Marley mourait il y a 30 ans
©Reporters

Bob Marley, le "pape du reggae" aux plus de 200 millions d’albums vendus dans le monde, est mort le 11 mai 1981 à Miami, il y a 30 ans, occasion de rendre hommage à celui qui continue, génération après génération, de faire vibrer la planète. Trente ans après sa mort prématurée, suite à un cancer généralisé, Robert Nesta Marley reste pour beaucoup de ses adeptes et de jeunes qui découvrent la musique de leurs parents ou grands-parents, la super star venue d’un pays pauvre, symbole de la contestation universelle, d’émancipation et de liberté. Sa voix, sa spiritualité, qui s’inscrivaient dans la mouvance rastafari lui valant souvent d’être désigné comme l’apôtre du cannabis, est devenue celle des défavorisés à travers la planète. Notamment en Afrique où Bob Marley avait prédit que le reggae reviendrait comme à sa "source".

Bob Marley est né le 6 février 1945 à Rhoden Hall près de Nine Miles, dans la paroisse de Saint Ann (Jamaïque), d’une mère jamaïcaine et d’un père anglais, officier de marine, qu’il n’a pas connu. Il a grandi dans le ghetto de Trenchtown à Kingston. En 1962, il enregistre son premier titre "Judge Not" et fonde peu de temps après avec Peter Tosh et Bunny Wailer, le groupe "The Wailers". En 1966, il part travailler aux Etats-Unis pour des raisons économiques. Il fera, plus tard, une rencontre décisive avec Mortimer Planno, rasta jamaïcain d’origine cubaine qui lui transmettra une partie de sa culture rasta.

De retour en Jamaïque, à la fin des années 60, il signe avec le label Island et sort avec "The Wailers" ses premiers albums au début des années 70, "Catch a fire" et "Burnin" en 1973. En 1974, il enregistre son premier album solo "Natty dread". En 1977, Bob Marley s’était produit avec son groupe, "The Wailers", au Rainbow Theatre de Londres, un concert mythique pendant lequel il avait interprété les morceaux de l’album qu’il venait d’enregistrer dans la capitale britannique ("I Shot the Sheriff", "Lively Up Yourself", "Get Up, Stand Up", "Jamming", "No Woman No Cry", "Exodus" et "War"). Les albums s’enchaîneront jusqu’à la fin. (AP et AFP)