Toujours pas de Tax shelter pour la musique

Le Tax shelter est un procédé qui a été mis sur pied en 2004 par le ministère des finances. Son but est de trouver une nouvelle façon de financer certains marchés en déclin par les entreprises en Belgique. Et c'est plutôt une réussite dans le monde de l'audiovisuel et de la cinématographie. Mais ce procédé ne trouve guère preneur dans le monde musical.

Toujours pas de Tax shelter pour la musique
©Sébastien Theys
Sébastien Theys (st.)

Le Tax shelter est un procédé qui a été mis sur pied en 2004 par le ministère des finances. Son but est de trouver une nouvelle façon de financer certains marchés en déclin par les entreprises en Belgique. Et c'est plutôt une réussite dans le monde de l'audiovisuel et de la cinématographie. A l'heure actuelle, le Tax shelter finance une cinquantaine de films par an avec une levée de près de 100 millions d'euros chaque année. Les entreprises investissement et bénéficient donc d'un rendement intéressant lorsqu'un film a du succès et profitent d'une exonération fiscale en fonction du montant investi. Mais ce procédé ne trouve guère preneur dans le monde musical. Jean-Christophe Lardinois, avocat spécialisé en droit du divertissement, déplore cet “échec” et constate que “le marché de la musique est mis de côté”. Pierre Adam, conseiller de la culture à la Fédération Wallonie-Bruxelles, y croit et souligne que le Tax shelter “fonctionnera” et que “c'est une question de temps pour le mettre en place”.

Si le Tax shelter se développe dans le domaine musical, les investissements des entreprises permettront de faire bénéficier aux artistes, aux producteurs et autres, de nouveaux moyens financiers afin de développer le marché. Une source financière non négligeable en plus des aides fournies par la Fédération Wallonie-Bruxelles. “Aujourd'hui, les producteurs et les artistes doivent jouer de toutes les casquettes pour avancer dans le métier” fait souligner Pierre Adam concernant la situation d’aujourd'hui. Le métier de manager, qui est de soutenir la carrière artistique d'un artiste ou d'un groupe, souffre également et est peu développé dans le pays. Le Tax shelter dans la musique peut améliorer certaines conditions et pourrait se rapprocher d'un système tel que les labels participatifs. Les entreprises investiraient et déduiraient le montant de leurs bénéfices investis dans une production musicale.

Le développement du Tax shelter serait donc une bonne chose pour le marché musical. Un investissement non négligeable qui transposé dans le domaine donnerait une bouffée d'air frais à cette industrie.Mais maintenant reste à convaincre les entreprises d'y investir.