Un club pas comme les autres

A côté des grandes salles de concert du pays, il y a aussi des salles plus modestes ouvertes à des petits groupes dits émergents. Généralement ces petites salles manquent de soutiens suffisant pour se faire connaître. En 2006, l'idée de la Communauté française (Fédération Wallonie-Bruxelles), sous l'impulsion de Fadila Lanaan, a été de les rassembler, sous l'appellation Club Plasma, afin de mettre davantage de lumière sur ces scènes belges situées au sud du pays.

Un club pas comme les autres
©AVPRESS
Sébastien Theys (st.)

A côté des grandes salles de concert du pays, il y a aussi des salles plus modestes ouvertes à des petits groupes dits émergents. Généralement ces petites salles manquent de soutiens suffisant pour se faire connaître. En 2006, l'idée de la Communauté française (Fédération Wallonie-Bruxelles), sous l'impulsion de Fadila Lanaan, a été de les rassembler, sous l'appellation Club Plasma, afin de mettre davantage de lumière sur ces scènes belges situées au sud du pays. Des groupes comme Puggy ou Lucy Lucy sont d'ailleurs passés dans ces différentes salles situées à Liège, Namur, Bruxelles, Charleroi et Mons. Le but de ce réseau est de, non seulement, donner une meilleure structure aux différentes salles de concerts membres mais également de leur donner plus de visibilité à travers les médias. “Les salles du pays sont malheureusement limitées. Le but du Club Plasma est de donner aux petites salles davantage de moyens pour améliorer leur intérieur avec un meilleur matériel, notamment avec des enceintes de qualité, mais également promouvoir les salles à travers la presse, les radios, etc. afin d'attirer l'attention sur leurs activités” précise David Dehard, coordinateur du Club Plasma.

Des petites salles qui mettent en avant des talents et sont ouvertes à différents genres musicaux tels que l'électro, le hip-hop mais surtout la pop rock qui est le domaine de prédilections de ces salles de concert. David Dehard explique : “ Notre soucis est vraiment de toucher un nouveau public et faire le bon choix dans les programmations. Le registre pop rock fonctionne très bien. Le hip-hop est également mis en avant mais c'est un genre plus difficile car le public manque. James Deano a bien fonctionné car il avait déjà un public derrière lui”.

Pour aller voir un artiste, aujourd'hui, il faut parfois y mettre le prix. Du moins tout dépend de la personne que vous choyez. Des personnalités internationales telles que Kanye West, Lady Gaga ou même U2, sous la houlette du géant de l'organisation du spectacle Live Nation, demandent en moyenne 50 euros la place. Des sommes non négligeables où les artistes trouvent leur compte pour compenser les ventes de disque. “Tant qu'il y a des gens pour payer, les prix resteront tels qu'ils le sont. C'est un peu le jeu de l'offre et de la demande. Tout dépend de la notoriété de l'artiste. Chez nous, ce sont des artistes émergents, il faut trouver un équilibre pour que le prix reste démocratique et attractif pour le public mais c'est sûr qu’on n’a pas vraiment le même budget et le même équipement qu'une salle comme l'Ancienne Belgique“ rétorque David Dehard. La collaboration avec des organisateurs de concerts de renoms, spécialisé aussi dans le merchandising, explique la monté des prix des tickets de concert notamment pour l'Ancienne Belgique. Le réseau Club Plasma soutien une politique de prix démocratique qui a pour but de donner au public un accès culturel abordable afin de faire découvrir de nouveaux talents. “Je vais voir pas mal de concert sur l'année mais surtout des petits groupes. Au delà de 20 euros, ça devient beaucoup trop cher pour une étudiante comme moi. Il y a pas mal de talents peu connus en Belgique, et c'est dommage qu'il n'y ait pas plus de gens pour les soutenir» clame Sophie, une étudiante en sciences politiques à l'Université Catholique de Louvain-la-Neuve.

Le réseau Club Plasma améliore donc la visibilité des petites salles de concert de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un pas de plus pour mettre en avant des talents émergents du pays et soutenir ainsi le développement de la scène au sud du pays.


Les différentes salles membres du Club Plasma sont : les Ardentes Club à Liège, l'Atelier Rock à Huy, l'Entrepôt à Arlon, le Coliseum à Charleroi, le Riffsclub à Mons, La Ferme du Biéreau à Louvain-la-Neuve Le Belvédère à Namur, le Magasin 4 , le Recyclart et l'Atelier 210 à Bruxelles. Pour plus d'informations concernant le réseau Club Plasma : http://www.clubplasma.be/