Un soutien artistique bien présent

Aujourd'hui, différentes initiative ont été mises en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles afin de développer au mieux l'industrie musicale. Que ce soit dans la production discographique, pour la promotion ou au prêt de matériels.

Un soutien artistique bien présent
©Correspondants / Christophe Bortels
Sébastien Theys (st.)

A l'ère du numérique, les groupes prolifèrent sur la toile avec de plus en plus de pages Myspace, de vidéo-concerts postés sur Youtube ou de compte Facebook créé. Tous les outils dont un groupe dispose pour faire connaître ses chansons. Mais qu'en est-il de l'aide accordée à nos artistes ?

Aujourd'hui, différentes initiative ont été mises en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles afin de développer au mieux l'industrie musicale. Que ce soit dans la production discographique, pour la promotion ou au prêt de matériels. “L'artiste est vraiment bien entouré au jour d'aujourd'hui, beaucoup mieux qu'il y a vingt ans de ça. On a pas mal pris en considération la crise et on s'est adapté. Maintenant, un groupe a toutes les cartes en mains pour se développer notamment grâce à du matériel qu'on leur met à disposition. Cela leur permet d'amortir leurs frais lorsqu'il part en tournée” souligne Pierre Adam, conseiller de la cellule « Culture » au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Chaque année, c'est un budget global de plus de deux millions d'euros qui est alloué au secteur des musiques non classiques par la Fédération Wallonie-Bruxelles (projets musicaux, concerts, labels indépendants, etc.). Pour l'année 2010, les chiffres tournaient aux alentours des 2.875.000 euros. Mais les critères de sélection des groupes pour la production discographique ont quelque peu été durcis ces deux dernières années afin de produire des disques de qualités. Pour Pierre Adam, actuellement, le coût de la production d'un disque est “énorme” en comparaison avec les ventes de disques. En effet, par exemple, la location d'un studio d'enregistrement peut aller jusqu'à demander 75 euros de l'heure. Mais notons que le budget pour la production discographique dans le domaine des musiques non classiques est passé de 211.000 en 2006 à 271.000 euros en 2010. Une augmentation non négligeable mais loin des 510.000 euros de budget octroyé par la Flandre dans le même domaine.

Le professionnalisme et le talent de l'artiste sont donc de rigueur. Pierre Adam explique : “quand un groupe vient nous voir, il faut déjà qu'il tienne bon sur scène. C'est vraiment la caractéristique sur laquelle nous nous basons. Nous travaillons selon un plan de carrière. Avec la crise, il faut travailler la scène. Avec les Vismets, nous avons rencontré un groupe qui avait du potentiel. Par après, on met sur place un plan pour promouvoir le groupe et le faire tourner”. Une fois pris en charge donc, le groupe bénéficiera d'une promotion des plus soutenue avec un show-case, des affiches, une visibilité accrue dans les magasins, etc. La ministre de la culture Fadilaa Lanaan a d'ailleurs insisté sur ce point lors de la présentation de son plan de soutien et de développement de l'industrie musicale. Sa proposition est de privilégier la qualité en diminuant la production d'albums et en augmentant davantage la promotion d'un artiste afin d'accroître sa visibilité dans les médias et sur le marché.

Sur la toile, la plateforme indépendante MoodioTv avait tenté de mettre en avant les talents belges mais faute de moyens le site avait dû fermer ses portes en avril dernier. Mais Pierre Adam fait remarquer que Moodio Tv est “arrivé trop tard” pour bénéficier du soutien des pouvoirs publics car le budget 2011 avait déjà été bouclé.

Avec des noms tels que Puggy, Vismets, Soldout ou autres. On peut dire que la scène belge du sud du pays se porte de mieux en mieux. Et les subsides octroyés par la Fédération Wallonie-Bruxelles sont une bouffée d'air frais pour les artistes du pays.


Pierre Adam est également le fondateur de la Boutik Rock. Evènement musical, organisé chaque année au Botanique de Bruxelles, qui permet à des petits groupes de se faire connaître du grand public ainsi que du monde professionnel.