Incroyable mais vrai ?

Création d’un nouvel opéra de Donizetti ? Etonnant, non ? Et pourtant ! En 1839, Gaetano Donizetti avait reçu sa première commande de l’Opéra de Paris. L’ouvrage projeté - "Le Duc d’Albe" -, chanté en français, resta toutefois inachevé. C’est que Donizetti avait réservé le premier rôle féminin, celui d’Hélène, à une soprano lyrique.

Nicolas Blanmont

Création d’un nouvel opéra de Donizetti ? Etonnant, non ? Et pourtant ! En 1839, Gaetano Donizetti avait reçu sa première commande de l’Opéra de Paris. L’ouvrage projeté - "Le Duc d’Albe" -, chanté en français, resta toutefois inachevé. C’est que Donizetti avait réservé le premier rôle féminin, celui d’Hélène, à une soprano lyrique.

Or, la soprano lyrique de l’ensemble de l’Opéra était Julie Dorus-Gras, grande rivale de Rosine Stoltz qui venait d’être engagée par la Grande Boutique. On déprogramma donc ce "Duc" mal né, qui resta inachevé, et Donizetti composa, pour la Stoltz, "La favorite".

Cent septante ans plus tard, Aviel Cahn a décidé de créer l’œuvre en la faisant achever par un musicien d’aujourd’hui, Giorgio Battistelli, dont l’Opéra flamand créa "Richard III" et monta "Prova d’Orchestra". L’Italien explique ainsi sa démarche : "On peut la comparer à une grande maison ancienne, une bâtisse solide et élégante du XIXe siècle, mais restée inachevée - il lui manque quelque chose. On demande à un architecte d’aujourd’hui de terminer le travail. Pour ce faire, il doit tenir compte du bâtiment existant, et il ne dispose pas seulement des matériaux de construction d’il y a un siècle et demi, mais il peut aussi faire appel aux techniques actuelles et aux matériaux contemporains tels que le verre, le béton, l’acier, etc. Le plus passionnant dans une telle commande est le rapprochement de ces différents matériaux."

L’auditeur se rendra clairement compte de quoi est de qui. Les deux premiers actes sont du pur Donizetti. Le troisième est un mélange Donizetti - Battistelli - Donizetti - Battistelli. Et le quatrième, soit les 35 dernières minutes de l’opéra sont du pur Battistelli.

C’est Paolo Carignani qui assurera la direction musicale de cette création, la mise en scène revenant au Vénézuélien Carlos Wagner. Et le plus amusant est que l’action se passe en Flandre. En 1568, le duc d’Albe, l’Espagnol qui vient d’être nommé gouverneur général. Il fait arrêter et exécuter les comtes d’Egmont et de Hornes, deux conseillers d’Etat ayant récemment renouvelé leur serment d’allégeance à la couronne d’Espagne. L’exécution aura lieu sur la Grand-Place de Bruxelles. De quoi inspirer, nous annonce-t-on, le décorateur

Anvers, Vlaamse Opera, les 6, 9, 11, 15 et 18 mai à 19h30 et le 13 à15h.

Gand, Vlaamse Opera; les 25, 29, 31mai et 2 juin, à 19h30, le 27mai à 15h. Prix des places : de 11,5 à 76,5 €. Rens. : 070.22.02.02 ou www.vlaamseopera.be