Tantale Monogrenade

Le nom "Monogrenade" charrie son lot de suppositions. Explosive, la pop de ce quatuor québécois ? Pas vraiment : plutôt suggestive. Rouge et sucrée ? Non, douce-amère. Par contre, elle exhale, comme ce néologisme - et les étonnantes gravures de méduses ornant le livret -, un inédit parfum de mystère et de poésie. Tissés de métaphores animales, les textes parlent de fuite, de combats et de douleurs sourdes. Le chant de Jean-Michel Pigeon, caressant (et un peu monotone sur la longueur), semble suspendu dans l’air, entre une guitare ou un piano fluide et, tantôt, des petites bizarreries electro, tantôt (et surtout) des cordes. Prises de magnifiques déraillements, celles-ci font décoller l’ensemble.

(S.L.)

Le nom "Monogrenade" charrie son lot de suppositions. Explosive, la pop de ce quatuor québécois ? Pas vraiment : plutôt suggestive. Rouge et sucrée ? Non, douce-amère. Par contre, elle exhale, comme ce néologisme - et les étonnantes gravures de méduses ornant le livret -, un inédit parfum de mystère et de poésie. Tissés de métaphores animales, les textes parlent de fuite, de combats et de douleurs sourdes. Le chant de Jean-Michel Pigeon, caressant (et un peu monotone sur la longueur), semble suspendu dans l’air, entre une guitare ou un piano fluide et, tantôt, des petites bizarreries electro, tantôt (et surtout) des cordes. Prises de magnifiques déraillements, celles-ci font décoller l’ensemble.

1 CD Atmosphériques/Pias. En 1ère partie de Cœur de Pirate le 6/5 au Cirque Royal.