Joseph Haydn, Les sept dernières paroles du Christ en croix, Prazak Quartet

Haydn considérait "Les sept dernières paroles du Christ en croix" comme la meilleure de toute ses œuvres : une pièce à l’origine purement instrumentale, conçue pour être jouée dans la cathédrale de Cadix pendant le Carême, et composée de sept sonates pour orchestre de tempo assez lent précédées d’une introduction majestueuse et suivie d’un bref mouvement rapide ("Tremblement de terre"). Il en composa ensuite des versions avec chœur, pour piano seul ou pour quatuor à cordes. C’est logiquement cette dernière que propose ici le Quatuor Prazak : interprétation soignée et raffinée, mais manquant parfois un peu de tension dramatique.

(N.B.)

Haydn considérait "Les sept dernières paroles du Christ en croix" comme la meilleure de toute ses œuvres : une pièce à l’origine purement instrumentale, conçue pour être jouée dans la cathédrale de Cadix pendant le Carême, et composée de sept sonates pour orchestre de tempo assez lent précédées d’une introduction majestueuse et suivie d’un bref mouvement rapide ("Tremblement de terre"). Il en composa ensuite des versions avec chœur, pour piano seul ou pour quatuor à cordes. C’est logiquement cette dernière que propose ici le Quatuor Prazak : interprétation soignée et raffinée, mais manquant parfois un peu de tension dramatique.

CD Praga PRD 250291, 1h12 , Harmonia Mundi.