Master of my Make Believe Santigold

Nous attendions beaucoup du deuxième album de Santi White, peut-être trop. D’où sans doute cette petite déception. Les mêmes ingrédients que ceux qui nous avaient réjoui sur le premier "Santogold" sont pourtant là : un mixage inventif entre électro, pop, rock un rien new-wave, dub, hip-hop et R&B. Le tout sans que cela ne ressemble justement à ce premier album. Mais si l’on veut comparer, il n’y a pas sur ce petit dernier de chansons du calibre de "L.E.S. Artistes" ou "Anne". L’ennui pointe donc parfois le bout du nez. Mais est chaque fois chassé par une énergie qui, revers de la médaille, peut s’avérer éreintante sur la longueur. Comme chez sa copine MIA, finalement.

(P.D.G.)

Nous attendions beaucoup du deuxième album de Santi White, peut-être trop. D’où sans doute cette petite déception. Les mêmes ingrédients que ceux qui nous avaient réjoui sur le premier "Santogold" sont pourtant là : un mixage inventif entre électro, pop, rock un rien new-wave, dub, hip-hop et R&B. Le tout sans que cela ne ressemble justement à ce premier album. Mais si l’on veut comparer, il n’y a pas sur ce petit dernier de chansons du calibre de "L.E.S. Artistes" ou "Anne". L’ennui pointe donc parfois le bout du nez. Mais est chaque fois chassé par une énergie qui, revers de la médaille, peut s’avérer éreintante sur la longueur. Comme chez sa copine MIA, finalement.

1 CD Warner.