Georges Bizet, Carmen Magdalena Kozena, Jonas Kaufmann, Berliner Philharmoniker, Simon Rattle

Avec un des meilleurs orchestres du monde, un Rattle puissant et inspiré, et un duo de solistes incandescents, cet enregistrement aurait pu conduire à une réussite éclatante si les maîtres d’œuvre avaient choisi la version de Guiraud (avec récitatifs chantés), et travaillé avec un bon coach de français. On est hélas dans la V.O. "comique", et si la partie lyrique (chœurs compris) est admirable, si Kozena est d’une classe folle et Kaufmann le plus passionné des José, le français est partout écorché. Les interventions de Fouchécourt (Remendado), seul francophone de la bande, y font effet de havre. Trois étoiles quand même.

(MDM)

Avec un des meilleurs orchestres du monde, un Rattle puissant et inspiré, et un duo de solistes incandescents, cet enregistrement aurait pu conduire à une réussite éclatante si les maîtres d’œuvre avaient choisi la version de Guiraud (avec récitatifs chantés), et travaillé avec un bon coach de français. On est hélas dans la V.O. "comique", et si la partie lyrique (chœurs compris) est admirable, si Kozena est d’une classe folle et Kaufmann le plus passionné des José, le français est partout écorché. Les interventions de Fouchécourt (Remendado), seul francophone de la bande, y font effet de havre. Trois étoiles quand même.

2 CD EMI - 71 min 41 sec et 78 min 6 sec - www.simonrattle.com/carmen