¡Uno ! Green Day

On a toujours besoin d’un groupe punk autour de soi. Histoire de ruer dans les brancards. Green Day s’y attela de façon salvatrice en 2004 avec "American Idiot". Alors que sort ¡Uno ! - et en attendant ¡Dos ! et ¡Trè ! prévus dans les semaines à venir -, le trio californien continue d’exceller - pour ceux qui aiment - dans les riffs de guitares basiques, sur des rythmes échevelés, avec des chansons aux refrains immédiats qui ne manqueront pas d’être repris dans des stades bondés. Ce qui étonne davantage, par contre, ce sont les doigts d’honneur et autres f , quelque peu incongrus quand on les balance à 40 balais passés, qu’on est parents et, en outre, riches à millions. Soit.

(M.-A.G.)

On a toujours besoin d’un groupe punk autour de soi. Histoire de ruer dans les brancards. Green Day s’y attela de façon salvatrice en 2004 avec "American Idiot". Alors que sort ¡Uno ! - et en attendant ¡Dos ! et ¡Trè ! prévus dans les semaines à venir -, le trio californien continue d’exceller - pour ceux qui aiment - dans les riffs de guitares basiques, sur des rythmes échevelés, avec des chansons aux refrains immédiats qui ne manqueront pas d’être repris dans des stades bondés. Ce qui étonne davantage, par contre, ce sont les doigts d’honneur et autres f , quelque peu incongrus quand on les balance à 40 balais passés, qu’on est parents et, en outre, riches à millions. Soit.

1 CD Reprise Records/Warner