Wolfgang Amadeus Mozart, Don Giovanni, Yannick Nézet-Seguin

Joie de voir une firme qui fut une "major" classique se relancer dans un projet ambitieux d’enregistrements : les sept opéras de la maturité de Mozart captés en concert avec Yannick Nézet-Seguin et Rolando Villazon. Mais, après la version Giulini (et quelques autres), fallait-il vraiment un "Don Giovanni" de plus ? Pas indispensable sans doute, mais néanmoins attirant. Pour le sens théâtral du chef, qui innerve jusqu’aux récitatifs, pour le Mahler Chamber Orchestra (qui fait presque du baroqueux sur instruments modernes) et pour un plateau masculin brillant (d’Arcangelo en Don, Pisaroni en Leporello et Villazon en Ottavio suave à souhait). Plus de réserves côté féminin.

(N.B.)

Joie de voir une firme qui fut une "major" classique se relancer dans un projet ambitieux d’enregistrements : les sept opéras de la maturité de Mozart captés en concert avec Yannick Nézet-Seguin et Rolando Villazon. Mais, après la version Giulini (et quelques autres), fallait-il vraiment un "Don Giovanni" de plus ? Pas indispensable sans doute, mais néanmoins attirant. Pour le sens théâtral du chef, qui innerve jusqu’aux récitatifs, pour le Mahler Chamber Orchestra (qui fait presque du baroqueux sur instruments modernes) et pour un plateau masculin brillant (d’Arcangelo en Don, Pisaroni en Leporello et Villazon en Ottavio suave à souhait). Plus de réserves côté féminin.

3 CD Deutsche Grammophon 477 9878, 2 h 53 min, Universal.