Les Arts Florissants et l’Enfant prodigue

La marotte des "résidences" a au moins ceci de bon qu’elle permet de suivre de grands artistes à travers des répertoires peu fréquentés. A ce titre, nul aujourd’hui ne connaît mieux que William Christie la musique de Marc-Antoine Charpentier (à ne pas confondre avec Gustave). Compositeur majeur, né en 1643, mort en 1704, Charpentier fut pourtant oublié jusqu’en 1953, année bénie qui le révéla au monde grâce à l’ouverture de son te Deum (thème de l’Eurovision ). Sous la direction du grand Bill, motets, oratorios et opéra du redevenu illustre Français se révèlent autant de chefs-d’œuvre puissants et raffinés. Les deux fresques proposées pour l’ouverture de la résidence des Arts Florissants n’en sont que plus attendues. Véritables petits opéras sacrés, les oratorios Filius prodigus, H 399, et Caecilia virgo et martyr, H 413, seront donnés avec le concours de Rachel Redmond et Elodie Fonnard, sopranos, Violaine Lucas, mezzo, Reinoud Van Mechelen, haute-contre (le fils prodigue), Pierre Bessière, basse et Arnaud Richard, baryton. (MDM)

La marotte des "résidences" a au moins ceci de bon qu’elle permet de suivre de grands artistes à travers des répertoires peu fréquentés. A ce titre, nul aujourd’hui ne connaît mieux que William Christie la musique de Marc-Antoine Charpentier (à ne pas confondre avec Gustave). Compositeur majeur, né en 1643, mort en 1704, Charpentier fut pourtant oublié jusqu’en 1953, année bénie qui le révéla au monde grâce à l’ouverture de son te Deum (thème de l’Eurovision ). Sous la direction du grand Bill, motets, oratorios et opéra du redevenu illustre Français se révèlent autant de chefs-d’œuvre puissants et raffinés. Les deux fresques proposées pour l’ouverture de la résidence des Arts Florissants n’en sont que plus attendues. Véritables petits opéras sacrés, les oratorios Filius prodigus, H 399, et Caecilia virgo et martyr, H 413, seront donnés avec le concours de Rachel Redmond et Elodie Fonnard, sopranos, Violaine Lucas, mezzo, Reinoud Van Mechelen, haute-contre (le fils prodigue), Pierre Bessière, basse et Arnaud Richard, baryton. (MDM)

Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, le mardi 9 octobre à 20h. Infos : 02.507.82.00 ou www.bozar.be