Un opéra de Grétry en création mondiale

Le manuscrit original de ce drame lyrique, en prose et en 3 actes, reposait (en paix) au Musée Grétry de Liège jusqu’au jour où il fut exhumé par le pianiste Patrick Dheur, chargé de mission auprès de la ville de Liège pour la commémoration du bicentenaire de la mort du compositeur en 2013. Bien que répertorié dans les œuvres de Grétry, le précieux document avait été complètement oublié - mis à part un article, "Grétry and the Revolution", d’Elizabeth C. Bartlet (Duke University), paru en 1992.

Martine D. Mergeay

Le manuscrit original de ce drame lyrique, en prose et en 3 actes, reposait (en paix) au Musée Grétry de Liège jusqu’au jour où il fut exhumé par le pianiste Patrick Dheur, chargé de mission auprès de la ville de Liège pour la commémoration du bicentenaire de la mort du compositeur en 2013. Bien que répertorié dans les œuvres de Grétry, le précieux document avait été complètement oublié - mis à part un article, "Grétry and the Revolution", d’Elizabeth C. Bartlet (Duke University), paru en 1992.

220 ans plus tard, grâce au travail minutieux d’analyse et de réécriture de Patrick Dheur, le voici enfin "mis au monde" : sa création publique aura lieu le 20 octobre prochain à l’Opéra royal de Wallonie. Qu’était-il donc arrivé à cet "Officier de Fortune" pour sombrer à ce point dans l’oubli ? Grétry en avait commencé la composition en 1790, suite à l’approbation par le Comité de la Comédie italienne de Paris du livret d’Edmond Guillaume François de Favières (1755-1837). Mais en 1792, la décision tombe : l’opéra ne sera pas représenté ! Entre les deux dates, en effet, la France avait déclaré la guerre à l’Autriche, impossible, dès lors, de représenter un opéra dont des personnages au nom allemand avaient servi une armée devenue ennemie de la France. En outre, l’histoire se termine par le triomphe de l’amour sur la défense de la patrie : impossible à présenter en temps de guerre Favières retravaillera son livret (aujourd’hui disparu) pour le transformer en une pièce de théâtre ("Herman et Verner") qui sera créée par les Comédiens du Théâtre français de la République le 22 mai 1803.

La direction musicale de l’opéra est confiée à Patrick Davin, et la mise en scène, à Vincent Dujardin. Ce dernier, également comédien, musicien et auteur, a reconstruit une trame divertissante plongeant le spectateur dans l’œuvre et l’époque de Grétry. "En aucun cas, je n’ai voulu tomber dans l’intellectualisme, précise Dujardin, chaque chanteur sera lui-même participant du spectacle : ce sera du théâtre dans le théâtre, le but est de ‘donner du sens’, quitte à se dégager de la logique opératique." Avec Xavier Rouillon (Verner), Marie-Camille Vaquié (Liesbeth), Nicolas Bauchau (Spandau), Pierre Gathier (Fricht), Roger Joakim (le comte), et Xavier Petithan (Edouard).

Théâtre royal de Liège, le samedi 20 octobre, à 20h. Infos : 04.221.47.22 ou www.operaliege.be