Antonio Maria Bononcini, Messe et Stabat Mater, Rinaldo Alessandrini

On connaît un peu, par sa musique instrumentale surtout, le compositeur baroque italien Giovanni Battista Bononcini (1670-1747). On connaît beaucoup moins celle d’Antonio Maria, son petit frère, violoncelliste et compositeur lui aussi (1677-1726). Il y a pourtant matière à découverte, comme le prouve ce beau disque de Rinaldo Alessandrini et son Concerto Italiano : outre le "Stabat Mater" (déjà plutôt rare), on y trouvera une très belle messe à cinq voix. Lecture fervente et éclairée du chef italien, hélas grevée parfois par certains solistes (issus du chœur ?) à l’intonation aléatoire. Vu la rareté, on eût aussi apprécié un texte de pochette un peu plus substantiel sur le compositeur.

(N.B.)

On connaît un peu, par sa musique instrumentale surtout, le compositeur baroque italien Giovanni Battista Bononcini (1670-1747). On connaît beaucoup moins celle d’Antonio Maria, son petit frère, violoncelliste et compositeur lui aussi (1677-1726). Il y a pourtant matière à découverte, comme le prouve ce beau disque de Rinaldo Alessandrini et son Concerto Italiano : outre le "Stabat Mater" (déjà plutôt rare), on y trouvera une très belle messe à cinq voix. Lecture fervente et éclairée du chef italien, hélas grevée parfois par certains solistes (issus du chœur ?) à l’intonation aléatoire. Vu la rareté, on eût aussi apprécié un texte de pochette un peu plus substantiel sur le compositeur.

CD Naïve OP 30537, 1h 20min, Harmonia Mundi

Sur le même sujet