Festival pour amateurs d’inouï

Malgré son omniprésence sur le terrain - vie courante ou création artistique -, la "musique acousmatique" reste pour la plupart un insondable mystère. Sa définition est pourtant simple : attachée au genre électroacoustique, héritière de la musique "concrète", elle se développe à travers un univers purement sonore, indépendant de toute notation. Sa matière est puisée dans des sons naturels - gouttes d’eau tombant dans un puits, vent dans les branches, moteur au loin, froissement de papier, crissement de feuilles mortes - ou des sons électroacoustiques que le compositeur transformera en musique grâce à un processus de montage, de mixage, de métamorphose et d’écriture.

Martine D. Mergeay

Malgré son omniprésence sur le terrain - vie courante ou création artistique -, la "musique acousmatique" reste pour la plupart un insondable mystère. Sa définition est pourtant simple : attachée au genre électroacoustique, héritière de la musique "concrète", elle se développe à travers un univers purement sonore, indépendant de toute notation. Sa matière est puisée dans des sons naturels - gouttes d’eau tombant dans un puits, vent dans les branches, moteur au loin, froissement de papier, crissement de feuilles mortes - ou des sons électroacoustiques que le compositeur transformera en musique grâce à un processus de montage, de mixage, de métamorphose et d’écriture.

Un des plus grands compositeurs internationaux de cette musique proprement inouïe est une compositrice, Annette Vande Gorne, professeur de 1988 à 2011 au Conservatoire de Bruxelles et professeur d’interprétation spatialisée au Conservatoire de Mons, fondatrice et directrice du Centre de Musiques & Recherches (Ohain) et fondatrice du festival L’Espace du Son, rendez-vous international en matière (matière assez confidentielle, certes, mais d’une créativité explosive). Créé en 1984, le festival rassemble les professionnels de l’acousmatique (compositeurs, pro- fesseurs, étudiants), les passionnés de musiques électroacoustiques, et les curieux de nouvelles sensations musicales et sonores.

Outre les 30 ans de Musiques & Recherches, l’édition 2012 du festival verra la création mondiale du premier opéra d’Annette Vande Gorne, opéra acousmatique pur jus, intitulé "Yawar Fiesta" sur un livret de Werner Lambersy (à lire, l’interview dans le quotidien, dans les prochains jours).

On y fêtera aussi les quatre-vingt ans de François Bayle, initiateur de l’acousmatique, et quelques pointures de la discipline, tels Gilles Gobeil (Québec) et Daniel Teruggi (France).

Un concours d’interprétation spatialisée sur l’acousmonium de Musiques et Recherches - vaste dispositif de plus de 80 haut-parleurs modulés - sera le fil rouge de ce festival, couronné par le concert des finalistes du concours bisannuel de composition acousmatique "Métamorphoses d’Orphée".

A partir de ce mercredi 24 octobre, cinq jours de concerts, deux concours, trois Master Class, des créations mondiales, l’anniversaire des 30 ans de Musiques & Recherches et la création de l’opéra d’Annette Vande Gorne (le dimanche 28 octobre à 19h30), dans le cadre des World Music Days.

Bruxelles, Théâtre Marni, 25 rue de Vergnies, du 24 au 28 octobre. Infos : 02.354.43.68 ou 02.351.00.94 ou www.musiques-recherches.be