De Ravi Shankar aux Beatles...c'est quoi un sitar ?

Cet instrument représente bien le parcours de la musique indienne: né dans la capitale Delhi, le sitar a transité par le nord de l'Inde, avant de migrer vers l'Occident. Ravi Shankar est parvenu à faire connaître son instrument de prédilection, avant de le propulser dans la culture occidentale.

Pierric Brison (st)
De Ravi Shankar aux Beatles...c'est quoi un sitar ?
©AP

Très populaire en Inde, son pays d'origine, le sitar est un instrument à cordes pincées qui possède une allure faisant penser à la guitare. Son manche, plus allongé, et sa base, de forme plus ronde et plus petite, font du sitar un instrument à part entière.

Le joueur de sitar est par terre, assis en tailleur. Il pose son instrument d'environ 1 mètre 40 sur le sol, sous son coude et utilise un petit onglet de métal (appelé « mezrab ») pour pincer les cordes, à l'aide de son index droit.

Le sitar apparait à Delhi, durant la première moitié du 18ème siècle, dans un contexte où l'élite cultivée se passionne pour la musique de cour. Il prend de plus en plus d'importance parmi les riches citoyens et est très souvent accompagné de danseuses. Le sitar, composé de trois cordes à ses débuts, devient également l'instrument de prédilection des musiciens professionnels et amateurs, dans le nord de l'Inde. Petit à petit, des techniques se mettent en place et des répertoires voient le jour. L'instrument ne cesse d'évoluer, son nombre de corde augmente et permet de nouvelles subtilités.

À l'heure actuelle, il existe deux grands types de sitar: l'un à treize cordes sympathiques et un autre à onze cordes sympathiques. Ce dernier est plus petit et permet une plus grande rapidité de jeu, mais ne peut plus atteindre l'octave basse (possible avec le sitar à treize cordes).

Le sitar devient de plus en plus connu grâce notamment à Ravi Shankar, mort ce mardi 11 décembre à San Diego. Durant les années 60 et 70, l'occident, très influencé par la spiritualité, se tourne vers les mouvements musicaux pakistanais et indiens. Les sitars sont intégrés aux albums des plus grands groupes du moment, dont les Rolling Stones et les Beatles.

Aujourd'hui encore, de nombreux sitaristes se produisent aux États-Unis et au Canada, où la musique hindoustanie reste très populaire.