Stromae, le sens du détail

“J’ai envie de ne rien négliger”, explique le chanteur belge à propos de sa tournée qui débutera en décembre. Le propos vaut aussi pour “Racine carrée”, son 2e album sorti en août. Polos et chaussettes au rayon merchandising.

Marie-Anne Georges et Sophie Lebrun
Stromae, le sens du détail
©AFP

Faut-il encore présenter Stromae et “Racine carrée”? Radio, JT, Internet, presse : l’auteur-compositeur-interprète belge, né Paul Van Haver, est partout, depuis la sortie – savamment orchestrée – de son second album le 19 août. Sans oublier les deux singles “Formidable” et “Papaoutai” qui avaient mis le feu aux poudres dès le mois de mai. Ses concerts en salle sont quasi complets (lire ci-dessous). Auparavant, Stromae participera, le 27 septembre, à la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles organisée sur la Grand-Place de la capitale, une émission télé retransmise en direct sur La Une. Il y interprétera trois titres, tout comme Puggy – l’autre groupe bruxellois qui cartonne –, Suarez et Saule. Alors on danse? Non peut-être!

Vous êtes en promo non-stop depuis la sortie de l’album?

Oui et, en même temps, on gère le live. Cela commencera en novembre, donc on planche déjà dessus.

Comment cela se présente-t-il?

On veut aller vers un mieux – quelque chose de différent en tout cas par rapport à la tournée précédente. On va travailler avec des vidéastes pour essayer de marier chorégraphie et vidéo. J’ai envie d’aller au bout de quelque chose. Avec un début, un milieu, une fin. Un climax. Si d’une représentation à l’autre, on inverse les morceaux, l’histoire n’aura plus de sens.

Si tout est aussi construit, cela donnera-t-il la possibilité de varier la formule, de faire par exemple une tournée solo?

On devrait pouvoir proposer plusieurs versions, dont une espèce de petit DJ set amélioré pour continuer à faire des clubs, parce que cela fait partie de ma culture. Ou une autre formule, plus légère que le gros concert – juste les musiciens, pas les écrans.

Serez-vous accompagné des mêmes musiciens?

Outre Yoshi et Simon, on va peut-être en rajouter un troisième. Qui sera sans doute guitariste, claviériste et choriste. Car il y a beaucoup de chœurs sur l’album – ce qui est quand même une première pour moi.

Après l’AB et Forest National, la prochaine étape, c’est le stade Roi Baudouin?

Entre l’AB et le stade, y’a pas mal de choses.

Trois Forest, c’est énorme!

Ah oui, nous-mêmes avons été surpris!

Mais le stade, cela vous ferait peur?

Les avis là-dessus sont...

Découvrez la suite de cet interview sur notre blog musique Let It Sound


Sur le même sujet