Le BOZAR en mode electro

Clap 2e pour le festival dédié au son électronique au Bozar. Juan Atkins et Modeselektor en haut de l’affiche.

Capart Nicolas
Le BOZAR en mode electro

Pour la seconde année consécutive, le palais des Beaux-Arts bruxellois déroule une nouvelle édition de son Bozar Electronic Arts Festival (BEAF) le week-end prochain. Trois jours et nuits - du jeudi 26 au samedi 28 septembre inclus -consacrés aux rythmiques synthétiques mais pas seulement aux notes, puisqu’une fois de plus, diverses performances seront orchestrées en marge des DJ sets et soirées. Le but avoué de l’opération étant de faire découvrir au public les œuvres de protagonistes qui font vivre ces disciplines au XXIe siècle, à coup de workshops, d’installations audiovisuelles ou de créations dites d’arts numériques. Pour ce dernier point, le Bozar a mis sur les rails une collaboration avec le festival québécois Elektra, qui sera l’invité de ce cru 2013. Il s’est également allié à l’Ancienne Belgique au rayon dub et effectuera un focus sur les expérimentations du label berlinois PAN, ouvrant les différents espaces du palais au public pour favoriser son immersion complète dans la culture digitale.

Jeudi, l’accès aux réjouissances, dès 19 heures, sera entièrement gratuit. Les curieux pourront y découvrir les travaux d’André et Michel Décosterd (Cycloïd-A), Matthew Biederman (Event Horizon), Pierce Warnecke (A Scanner Darkly), Nicolas Bernier et Martin Messier (La Chambre des Machines) ou encore Yan Breuleux (Tempêtes), pour n’en citer que quelques-uns. Shazzula se chargera quant à lui des décors sonores.

Vendredi, si les installations de la veille monopoliseront toujours les regards, les oreilles, elles, seront accaparées par les sons de Juan Atkins, père spirituel et fondateur de la mouvance techno, tout droit débarqué de la Mecque Detroit. L’Américain y présentera le projet Borderland aux côtés de l’Allemand Moritz Von Oswald, autre pointure du genre s’il en est. Ce jour-là, vous pourrez, en outre, applaudir Cut Hands, Vatican Show ou l’alliance Regis + Silent Servant.

Samedi, les visites guidées des installations débuteront dès l’après-midi. Le soir venu, le Britannique Jon Hopkins fera chalouper la foule de ses mélodies electronica salle Henry Le Bœuf, livrant en exclusivité au BEAF son Audiovisual Grand Piano Show. Les ouailles de Pan se succéderont toute la soirée salle Terarken, de Helm à Deadbeat, en passant par Lee Gamble, Bill Kouliga, Burnt Friedman & Jaki Liebezeit ou encore Terror Danjah vs. Champion. Kreng, Phil Maggi et Draaier/Freezer assureront l’ambiance du côté du Studio. Enfin, la tête d’affiche annoncée Moderat a dû, en raison d’une chute à moto du tiers Apparat, déclarer forfait et annuler toute sa tournée. Mais les deux tiers restant Modeselektor assureront le show le pied et les bras levés dès 22h30. Et leur passage risque d’être explosif.Nicolas Capart

Bruxelles, palais des Beaux-Arts, rue Ravenstein, les jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 septembre. Prix : 20 €/24 €/32 €. Infos : www.bozar.be