Reine Elisabeth : la finale des "petites" voix

La dernière soirée de finale aura été celles des « petites » voix, mais l’on se rendra compte que, bien gérées, bien accompagnées, et inscrites dans un répertoire adapté, ces « petites » voix peuvent soulever une salle !

Martine D. Mergeay
Reine Elisabeth : la finale des "petites" voix
©BELGA
La dernière soirée de finale aura été celles des « petites » voix, mais l’on se rendra compte que, bien gérées, bien accompagnées, et inscrites dans un répertoire adapté, ces « petites » voix peuvent soulever une salle ! Ce ne sera toutefois pas le cas du ténor coréen Seung Jick Kim, 23 ans, qui ouvre son récital avec le méditatif « Allerseelen » de Strauss où l’on devine, sous le fracas de l’orchestre, un timbre agréable et un art fin et stylé. La suite permettra de mieux saisir les propositions du chanteur, mais au prix d’un...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité