Daphné, la dernière chérie de Joosten

Après "Elektra" et "Salomé", Guy Joosten met en scène une nouvelle héroïne de Richard Strauss. Rencontre.

Martine Mergeay
Daphné, la dernière chérie de Joosten
Certains ont en mémoire la caricature de Strauss flanqué d’Elektra (1905) et de Salomé (1909) avec en légende : "Je ne sors pas sans mes chéries". Les chéries en question, deux femmes d’une violence effarante, avaient été gratifiées d’un langage musical adapté à leur tempérament : futuriste et radical. Mais il y eut ensuite le souriant "Rosenkavalier", le public, sous le charme, eut tendance à bouder les stridences - fussent-elles voluptueuses - des opéras précédents, d’où les pressions du compositeur, résumées dans la caricature en question. Jusqu’en...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité