Les Ardentes: les top et flop de la 4e journée (PHOTOS et VIDEO)

Nicolas Capart

Le festival liégeois amorçait sa dernière ligne droite ce dimanche, et c'était déjà l'heure du bilan pour une nouvelle édition d'Ardentes toujours plus que fréquentables.


+ Record d'affluence

Si dans les faits, cette douzième édition avait tout d'un excellent cru (des têtes d'affiche qui assurent, des artistes belges au top, une météo tropicale), dans les chiffres également cette cuvée 2017 restera dans les annales. Un petit record, ça fait toujours du bien. Et celui-ci est beau, puisque 80.000 personnes en quatre jours (cumulés) auront parcouru le site des Ardentes cette année. Le virage hip hop amorcé par l'équipe en place il y a quelques années commence enfin à payer, l'identité urbaine est plus que jamais assumée, et le festival entend devenir un événement dédié aux rythmes urbains majeur dans le paysage européen.

Les Ardentes: les top et flop de la 4e journée (PHOTOS et VIDEO)
©GUILLAUME JC



- Princess Nokia en dérangement

Nous l'avions découverte sur la scène du Beurs en mode guerrière du ghetto surexcitée il y a quelques mois, et on avait adoré. Nous l'avions retrouvée en mode diva de la cause à Couleur Café et, bien que très différent, son show nous avait totalement scotchés. Pourtant, cette fois, la Princess a trébuché. Plus de vingt minutes en retard, joliment défoncée et absolument pas concernée, celle qui nous avait mis dans sa poche sans forcer la semaine passée nous a bien saoulés. Nous qui la placions au sommet du rap game féminin, allions assister à une destitution.

Les Ardentes: les top et flop de la 4e journée (PHOTOS et VIDEO)
©HAULOT ALEXIS


+ Tommy à tout prix

Et la gagnante de l'après-midi se nomme Tommy Genesis, petit chat aux griffes acérées, aux yeux noisettes perçants et aux tresses peroxydées, venue de la rude Vancouver. Mais c'est à Atlanta, comme toutes les bonnes choses hip hop ces dernières années, que la demoiselle d'une vingtaine d'années (qui ne révèle jamais son âge) a vu ses ailes vraiment se déployer. Sous l'égide de Awful Records et de son mentor inspiré Father. Au Beurs, encore une fois, entre les shows des copines Abra et Princess Nokia, le sien nous avait un chouilla moins emballés. Et, sur cette énorme scène du Parc Astrid, beaucoup trop grande pour elle, on se demandait comment elle allait manœuvrer. Mais Tommy a du culot et un énorme capital sympathie. Elle ira chercher le public dans la plaine, une idée de génie. En deux temps, trois sourires et quatre punchlines, la Canadienne séduit la foule en déroulant son concert depuis la fosse et s'offre même une promenade dans la plaine pour rapper au cœur des festivaliers. Une prestation charmante, percutante et intelligente, qui vaut à Tommy le sacre de cette ultime après-midi.