Don Carlos, danseur de son propre destin

Le chef-d’œuvre verdien ouvre une nouvelle ère à l’Opéra flamand. Si Jan Vandenhouwe, nouveau directeur de l’Opéra flamand, a choisi le Don Carlos de Verdi pour ouvrir sa première saison, ce n’est pas parce que son mentor Gérard Mortier avait ouvert par la même œuvre son mandat à la Monnaie en 1981, ni même parce que le héros y sauve des députés flamands. Même si le clin d’œil n’est pas exclu… L’idée était plutôt de choisir une œuvre qui permette de mobiliser idéalement tout l’effectif des chœurs et de l’orchestre de la maison anverso-gantoise, mais aussi de présenter au grand public Alejo Perez dans un grand Verdi.

Nicolas Blanmont
Don Carlos
Don Carlos
Le chef-d’œuvre verdien ouvre une nouvelle ère à l’Opéra flamand.

Si Jan Vandenhouwe, nouveau directeur de l’Opéra flamand, a choisi le Don Carlos de Verdi pour ouvrir sa première saison, ce n’est pas parce que son mentor Gérard Mortier avait ouvert par la même œuvre son mandat à la Monnaie en 1981, ni même parce que le héros y sauve des députés flamands. Même si le clin d’œil n’est pas exclu… L’idée était

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité