Les quadras au pouvoir

Après la décennie Aviel Cahn, l’Opéra flamand entre dans une nouvelle ère avec l’arrivée concomitante à sa tête de Jan Vandenhouwe comme nouvel intendant, et Alejo Perez comme nouveau directeur musical. Les deux quadragénaires ont croisé l’un et l’autre la route de Gérard Mortier : le premier comme dramaturge à l’Opéra de Paris puis pour certaines productions du Teatro Real de Madrid (ancien journaliste, il a également travaillé pour le Concertgebouw de Bruges et la Ruhrtriennale), le second comme chef principal du même Teatro Real (mais on l’a connu aussi à Buenos Aires et comme chef invité de plusieurs grandes scènes européennes). Leur volonté de travailler en binôme s’illustre assez joliment par la pratique, plutôt rare, de répondre ensemble aux interviews : "Nous nous entendons très bien et avons des idées assez proches, non seulement sur la musique mais aussi sur la place de l’art dans la société. Je me sens très respecté par Jan, et je le respecte aussi", explique le chef argentin, qui dit aussi avoir été séduit par ces musiciens d’orchestre qui, selon sa jolie expression, "ont le plaisir de faire de la musique de chambre en grand".

Nicolas Blanmont
Les quadras au pouvoir
Après la décennie Aviel Cahn, l’Opéra flamand entre dans une nouvelle ère avec l’arrivée concomitante à sa tête de Jan Vandenhouwe comme nouvel intendant, et Alejo Perez comme nouveau directeur musical. Les deux quadragénaires ont croisé l’un et l’autre la route de Gérard Mortier : le premier comme dramaturge à l’Opéra de Paris puis pour certaines productions du Teatro Real de Madrid (ancien journaliste, il a également travaillé pour le Concertgebouw de Bruges et la Ruhrtriennale), le second comme chef principal du même Teatro Real (mais on l’a connu aussi à Buenos Aires et comme...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité