Les 36e Victoires de la musique: le sacre de Pomme, le triomphe de Benjamin Biolay

La cérémonie a lieu sans public, pandémie oblige. Elle se déroule à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt. Laury Thilleman et Stéphane Bern jouent les maîtres de cérémonie.

Les 36e Victoires de la musique: le sacre de Pomme, le triomphe de Benjamin Biolay
©BELGA

Nommé dans trois catégories, Benjamin Biolay ne repartira pas les mains vides des Victoires de la musique. Il a été sacré Artiste masculin. Il a également décroché la très convoitée Victoire de l'Album pour son Grand Prix d'excellente facture. Il remporte donc deux des trois catégories dans lesquelles il était en lice. Seul le prix de la Chanson originale lui a échappé. Il est revenu à Grands Corps Malade et Camille Lellouche (lire ci-dessous). Très satisfait, il a  quitté la scène en lançant un vibrant "maintenant bamboche !", en laissant le soin à Jean-Louis Aubert de clôturer la soirée en chanson.

La surprise de la soirée a été la consécration pour Pomme. L'an dernier, son disque Les failles avait remporté le prix Album révélation. La voici à présent auréolée du titre d'Artiste féminine. Surprise parce que la veille de la cérémonie, dans une publication parue sur le blog de Mediapart, elle n'y a pas été de main morte avec l'industrie du disque. Révélant avoir été manipulée, harcelée moralement et agressée sexuellement, elle dénonçait un milieu où les hommes font la loi. Elle écrivait ne pas être la seule à subir de tels agissements. Elle n'a pas hésité à répéter son propos au moment de recevoir un prix qui manifestement la touchait beaucoup.

Aya Nakamura également en lice pour le prix remporté par Pomme est revenue chez elle bredouille. Une certaine déception se lisait sur son visage.

Cette édition 2021 des Victoires aura eu le mérite de procurer à tout un chacun de la musique live, ce qui manque tant depuis des mois. Elle n'a pas évité les habituelles longueurs mais tous les artistes y ont mis du leur pour ne pas monopoliser interminablement la parole. Le duo Laury Thilleman-Stéphane Bern a aussi assuré une présentation faite dans la sobriété qui constrate avec celle de Daphné Bürki l'an dernier. Celle-ci ne nous avait pas convaincu.

Quelques minutes avant 23 heures, Laury Thilleman et Stéphane Bern ont révélé les lauréats de la catégorie Chanson de l'année, un trophée décerné par le public. Ce sont Grand Corps Malade et Camille Lellouche qui ont été récompensés avec "Mais je t’aime", pour le plus grand bonheur de la seconde citée qui n'a pas caché sa joie. "Je suis en demi-malaise" et "Ca ira très bien chez moi", a-t-elle déclaré avant de brandir la statuette au moment de rejoindre les coulisses.

Chou blanc pour les Belges

La Révélation masculine est tombée sur le coup de 23 heures 35. Ce n'est pas le Bruxellois Noé Preszow qui a été sacré mais Hervé - très ému: "Parti de rien je suis, je suis là, et j'en suis très très très heureux, merci beaucoup" - qui avait la faveur des pronostics. Cela n'a pas empêché le Belge d'interpréter un de ses titres, "Que tout s'danse", extrait de son EP Ca ne saurait tarder, et de montrer aux téléspectateurs toute l'étendue de son talent et son univers musical.

Du côté féminin, même verdict pour Lous and the Yakuza devancée par Yseult malgré une très belle prestation sur la scène des Victoires. La lauréate, elle, exultait en recevant son trophée soulignant combien avec son équipe et tous les gens qui lui ressemblent, elle s'est battue pour arriver là. Son sourire faisait plaisir à voir et son message a été clairement distillé.

Sans surprise Gradur est monté sur la scène de la Seine Musicale pour venir chercher le prix du titre le plus streamé pour sa chanson "Ne reviens pas", dans laquelle figure aussi Heuss l'Enfoiré. Il restera comme le premier à avoir été récompensée dans cette nouvelle catégorie.

La soirée est aussi ponctuée d'hommages au nombreux artistes disparus ces douze derniers mois. Clara Luciani a repris "Déshabillez-moi" de Juliette Greco, tandis que Julien Doré a fait raisonner les mots et les accords d'"Aline" du regretté Christophe, décédé lors du premier confinement.

Le clip de "Nous", de Julien Doré, primé

C'est sur le coup de 21 h 40 que le nom du premier lauréat des 36e Victoires de la musique a été connu. Décerné par le vote du public, c’est Julien Doré qui a remporté le prix de la Création audiovisuelle pour le clip de “Nous” dans lequel il apparaît entouré de sympathiques dinosaures. Il a fait mentir les pronostics qui voyaient Christine and the Queens être couronnée pour son très beau travail sur le titre “La Vita Nuova”.

Dans la foulée, une belle surprise attendait Jane Birkin à l’occasion de la Victoire d’honneur qui lui est décernée cette année. Vanessa Paradis, Étienne Daho, Eddy De Pretto et Thomas Dutronc se sont succédé en interprétant ses titres emblématiques. Et c’est Lou Doillon, sa fille, qui a fait le déplacement, bravant le coronavirus et… le couvre-feu, pour lui remettre le trophée.

Jane Birkin, manifestement émue par l’hommage rendu tant en chanson que par le comité des Victoires, a beaucoup évoqué Serge Gainsbourg dans sa prise de parole. Et la plus frenchie des Britanniques a tenu à remercier les Français pour l’accueil, l’adoption et l’affection qui lui a été témoigné depuis tant d’années.

Plaidoyer pour le bonheur

Parmi les prestations les plus originales de la soirée, signalons celle de Suzane qui a débuté l'interprétation de sa chanson "L'appart vide", à découvrir sur la réédition de son album Toï Toï, dans une... baignoire et dans la mousse.

Près d’une heure plus tôt, c’est Jean-Louis Aubert qui a ouvert le bal avec un message tout sauf subliminal. Son interprétation d’“Un autre monde” de Téléphone avait tout d’un manifeste en temps de privation de scène. Président d’honneur de la cérémonie, Aubert a eu le mérite de ne pas faire dans le discours pompant et le catalogue de revendications. Juste quelques instants plus sérieux. Le reste du message tient en une phrase : “Je propose que l’on remplace le “d” d’honneur par un “b” pour bonheur.

Déjà des contestations

Notez que Camélia Jordana, très en verve ces derniers temps et en lice pour la Chanson de l’année, prix décerné par le public, a fustigé le manque de diversité de la cérémonie. Dans la catégorie de l’Album de l’année, il n’y a que des artistes masculins. “On est en France, en 2021… mais la majorité des gens qui votent sont des hommes, puisque c’est l’industrie qui vote. Les labels font des deals entre eux : je vote pour ton artiste, tu votes pour mon artiste”, a-t-elle dénoncé. Cela ne l'a pas empêchée d'interpréter un titre extrait de son nouvel album: "Facile". Une mise en scène qui n'était pas sans rappeler le Sunday Service de Kanye West.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a également déploré la situation pointée du doigt par Camélia Jordana. Celle-ci a été interpellée par un membre de l'orchestre des Victoires de la musique à propos de la situation désespérante dans laquelle que vivent les acteurs de la musique dans leur ensemble.

Les catégories et les prétendants (en gras, les lauréats)

Artiste masculin :

  • Benjamin Biolay
  • Gaël Faye
  • Vianney

Artiste féminine :

  • Aya Nakamura
  • Pomme
  • Suzane

Révélation masculine :

  • Hatik
  • Hervé
  • Noé Preszow

Révélation féminine :

  • Clou
  • Lous and the Yakuza
  • Yseult

Album :

  • Aimée - Julien Doré
  • Grand Prix - Benjamin Biolay
  • Lundi Méchant - Gaël Faye
  • Mesdames - Grand Corps Malade
  • Paradis - Ben Mazué

Chanson originale (vote du public) :

  • Comment est ta peine - Benjamin Biolay
  • Corps - Yseult
  • Facile - Camélia Jordana
  • La maison de retraite - Michel Jonasz
  • Mais je t’aime - Grand Corps Malade et Camille Lellouche

Création audiovisuelle (vote du public) :

  • Goliath - Woodkid
  • La Vita Nuova - Christine and the Queens
  • Nous - Julien Doré

Titre le plus streamé :

  • Ne reviens pas - Gradur et Heuss L’Enfoiré