Concours Reine Elisabeth : Dmitry Sin, l’ivresse discrète du péché

It’s a sin ! Magnifique prestation d’un candidat qui aime sortir des sentiers battus et le fait splendidement.

Nicolas Blanmont
Parmi les cinq concertos pour piano de Mozart proposés cette année aux candidats du Concours Reine Elisabeth, le 17ème en ré majeur est le plus joué : six demi-finalistes l’ont choisi. Un seul par contre a opté pour le 15ème concerto en si bémol majeur, et c’est Dmitry Sin. Né en 1994 à Khabarovsk en Russie extrême-orientale – à quelques kilomètres à peine de la frontière chinoise –, il n’est pas inconnu de ce côté de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet