Reine Elisabeth: et ils ne furent plus que six…

Classique. La sélection finale est connue et (presque) sans surprise.

Reine Elisabeth: et ils ne furent plus que six…
©belga
Nicolas Blanmont
Trois Russes, deux Japonais et un Français. Mais on pourrait écrire aussi deux 3ème de Rachmaninov, deux 2ème de Brahms, un 2ème de Prokofiev et un Tchaïkovski (le premier bien sûr, les deux autres ne sont jamais joués au Concours Reine Elisabeth, ni en concert d’ailleurs). Ou, tout simplement, six hommes/garçons/mecs : l’équilibre des genres, déjà malmené depuis le début de cette session atypique, sombre définitivement....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité