Reprise en vue à l’Opéra flamand: voici le menu

Dès septembre à Gand et à Anvers : Mozart, Puccini, un Kurt Weill oublié et une création.

Reprise en vue à l’Opéra flamand: voici le menu
©Opéra La Bohème (https://operaballet.be/)
Nicolas Blanmont

Après dix-huit mois sans "vraie" production d’opéra (c’est-à-dire une production scénique donnée avec un public dans la salle), l’Opéra flamand reprendra ses activités en septembre prochain à peu près là où il s’était arrêté en février 2020, ou, en tout cas, avec le même metteur en scène : Ersan Montdag, qui avait brillamment ressuscité Der Schmied von Gent de Schrecker, retournera à peu près à la même époque pour exhumer le tout aussi rare Der Silbersee de Kurt Weill, une œuvre créée en 1933, trois semaines avant l’arrivée des nazis au pouvoir. La direction musicale échoira au jeune chef belge Karel Deseure.

Plusieurs des productions prévues au printemps 2020 sont d’ailleurs reprogrammées pour 2022 : le Così fan tutte de Mozart mis en scène et chorégraphié par Anne Teresa De Keersmaeker pour l’Opéra de Paris ; C(h)œurs, un spectacle réunissant divers chœurs d’opéra et mis en scène par Alain Platel lorsque Gérard Mortier dirigeait le Teatro Real ; ou encore le Faust (de Schumann, pas de Gounod) dirigé par Philippe Herreweghe. Pas question toutefois de parler de "simple séance de rattrapage" : "Il s’agira d’une saison à part entière, s’engageant en pleine confiance dans la nouvelle normalité d’après-vaccin", insiste l’équipe dirigeante.

Pour l’hiver 2021, Gand et Anvers succomberont à la tradition de La Bohème (un opéra où il neige) avec une reprise de la production du célèbre opéra de Puccini signée Robert Carsen, un classique qui doit avoir pas loin de trente ans. Enfin, la musique contemporaine aura sa place avec la création mondiale de The Convert, adaptation par Wim Henderickx (musique) et Krystian Lada (livret) du roman de Stefan Hertmans Le Cœur converti. Le plasticien Hans Op de Beeck signera la mise en scène, les décors et les costumes.

Des opéras en version de concert sont également prévus : Ariadne auf Naxos de Strauss, La Nuova Euridice de Salvatore Sciarrino, et le directeur musical Alejo Perez proposera également le Roméo et Juliette de Berlioz.

Pina Bausch et ATDK

Côté ballets (la maison flamande gère les deux pôles), on pourra voir la version de Pina Bausch du Sacre du printemps de Stravinsky en tandem avec Noetic, une chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui. Les danseurs d’Opera Ballet Vlaanderen interpréteront pour la première fois une œuvre d’Anne Teresa De Keersmaeker, doublement mozartienne pour l’occasion : Mozart/Concertaria’s.

Rens. : www.operaballet.be