"On est en train de prendre la vie de Britney Spears, comme si elle avait fait quelque chose d’atroce, alors que son seul crime, c’est d’avoir fait une dépression"

Sous tutelle depuis treize ans, la star espère reprendre le contrôle de sa vie.

"On est en train de prendre la vie de Britney Spears, comme si elle avait fait quelque chose d’atroce, alors que son seul crime, c’est d’avoir fait une dépression"
© AFP
Cassandre Leray Olivier Lamm © Libération
"J’ai un nouveau téléphone, et j’en ai gros sur le cœur." Ainsi commence le témoignage de Britney Spears devant la juge Brenda Penny, inaugurant une audience qui sera celle qui aura tout changé. Peut-être un jour reviendrons-nous sur ce qu’a permis la pandémie de Covid-19, qui a forcé la star à prendre la parole à distance, depuis sa prison dorée. C’était le 23 juin, Britney Spears était venue demander à la juge responsable de son dossier de tutelle de la lever, purement et simplement, après treize années d’une situation inédite pour une star de la pop. Et parce que...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet