Don Giovanni, en blanc et à l’église

Currentzis et Castellucci signent une version touffue mais parfois confuse du chef-d’œuvre mozartien.

Don Giovanni, en blanc et à l’église
Nicolas Blanmont, envoyé spécial à Salzbourg
Une page entière ne suffirait pas à citer tout ce qui peut surprendre dans le nouveau Don Giovanni de Salzbourg. Dans la fosse, mais aussi et surtout sur la scène. Surprendre toujours, choquer parfois, et sans nécessairement faire sens. Telle est sans doute la fonction première de cette production, confiée à deux perturbateurs...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité