Jan Lauwers et le spectacle de l’intolérance

Résurrection d’une œuvre négligée de Luigi Nono. À la mise en scène, Jan Lauwers, manque le coche.

Jan Lauwers et le spectacle de l’intolérance
Nicolas Blanmont, envoyé spécial à Salzbourg
C'est un des paradoxes de Salzbourg. On y remplit les 2 000 places du Grand Festspielhaus pour Mozart, mais on remplit tout autant le Manège des Rochers (plus de 1300 places) pour une œuvre "contemporaine" qui parle de réfugiés, d'oppression, de torture et...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet