Spencer Elden, le célèbre bébé de la pochette de l'album "Nevermind" de Nirvana, porte plainte: "Il s’agit clairement de pornographie infantile"

Âgé aujourd’hui de 30 ans, Spencer Elden considère que son existence est à jamais rattachée à ce cliché.

Spencer a fait savoir que le célèbre cliché lui a causé "une vie de souffrance".
P.M (st.)

"C'est une photo hypersexualisée. Il s'agit clairement de pornographie infantile." Cette annonce de l'avocate Maggie Mabie fait écho à la plainte déposée le mardi 24 août par son client, Spencer Elden, pour pédopornographie à l'encontre de la pochette de l'album Nevermind de Nirvana.

Si Spencer Elden est mondialement connu, c’est avant tout malgré lui. En mai 1991, alors qu’il est âgé de quatre mois, ses parents, Renata et Rick Elden, autorisent, pour la modique somme de 200 dollars, le photographe Kirk Weddle à prendre une photographie de leur bébé sous l’eau.

Le chanteur de Nirvana, Kurt Cobain, se montre très impressionné par l'image. L'enfant entièrement nu semble nager en direction d'un billet de 1 dollar attaché à un hameçon au bout d'une canne à pêche. Si ces éléments ont été ajoutés a posteriori, il n'en demeure pas moins que ce cliché est l'un des plus célèbres de l'industrie musicale.

En effet, l’album du groupe Nirvana, depuis sa sortie en 1991, a été vendu à plus de 30 millions d’exemplaires, devenant une véritable référence du rock et de la pop culture.

Pour Spencer Elden, qui se surnomme ironiquement le "Nirvana baby", le mal est fait.

Il y a quelques années, alors qu'il était interviewé par le Herald Sun, Spencer Elden s'était exprimé au sujet de son ressenti d'être involontairement connu comme la plus grande vedette pornographique depuis la publication de la pochette.

Toutefois, en 2016, le jeune homme, pour célébrer le vingt-cinquième anniversaire de l’album, décide de refaire, vêtu d’un maillot de bain, la photographie iconique.

Toutefois, malgré un rapport ambigu à cette notoriété, Spencer a fait savoir que ce cliché lui a causé "une vie de souffrance" avec notamment une identité et un nom "à jamais liés à son exploitation commerciale ".

Aussi réclame-t-il désormais 150 000 dollars de dommages et intérêts à chacun des quinze accusés, qu’ils soient des membres vivants du groupe Nirvana, des maisons de disques ou encore la veuve de l’iconique chanteur Kurt Cobain.