Benjamin Epps, l'audace du talent

Présenté comme l'un des chefs de file du renouveau du rap à l'ancienne, Benjamin Epps arrive comme une bouffée d'air frais sur le rap francophone avec son deuxième EP intitulé Fantôme avec chauffeur, comme le film de Gérard Oury sorti l'année de sa naissance. Rencontre en vidéo.

Benjamin Epps arrive comme une bouffée d'air frais sur le rap francophone. Il est présenté comme le renouveau du rap à l'ancienne, genre un peu délaissé, qui vit une seconde vie en France inondée par les vagues trap et drill.

Le rappeur arrive dans la boutique qui nous accueille dans le Sablon accompagné de son manager, un grand gaillard qui connaît bien Bruxelles. Venu dans la capitale belge pour une session live, le programme de ses deux jours est chargé.

Né au Gabon en 1996, Benjamin Epps a passé son enfance et son adolescence à Libreville, dans le quartier de Bellevue. Le rap arrive très vite dans sa vie, lorsque qu'un de ses frères rentre de France avec les plus grands classiques du rap hexagonal. C'est le début d'une passion qui lui apprendra l'art du clash, de l'égotrip et de la belle rime.

L'époque à changer, le rap à changer mais le jeune homme garde les mêmes influences et n'en oublie pas son objectif : aller en France et devenir le numéro un. Quelques années après, une licence en sociologie en poche, Benjamin Epps sort un premier projet en 2020 et enchaîne avec Fantôme avec chauffeur en mai dernier.

Rencontre en vidéo pour évoquer son enfance au Gabon, ses débuts dans le rap, son arrivée en France et la culture hip-hop.

Benjamin Epps, "Fantôme avec chauffeur", disponible sur les plateformes de streaming.

En concert, jeudi 2 septembre au festival GATE (Couleur Café), Rue de La Petite-Ile 1 à Anderlecht.