Les nez qui montrent la Russie d’aujourd’hui

Gogol, Chostakovitch, Jurowski et Serebrennikov : ouverture en mode russe pour Serge Dorny au Staatsoper.

Les nez qui montrent la Russie d’aujourd’hui
Nicolas Blanmont, envoyé spécial à Munich
Ceux qui connaissent l'amour que Serge Dorny porte à la musique russe ne s'étonneront pas que, pour ouvrir son mandat à Munich, il ait jeté son dévolu sur Le Nez , fable sarcastique où un personnage perd son nez et tente de le récupérer à travers Saint-Pétersbourg. Mais il était quand même audacieux de programmer cet opéra de Chostakovitch d'après Gogol dans un théâtre de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité