Lyniv sublime la perte de l’enfant

Couplage très pertinent de "Mese Mariano" et "Suor Angelica". Avec une formidable direction musicale.

Nicolas Blanmont
Lyniv sublime la perte de l’enfant
Coup de chapeau posthume à Stefano Mazzonis, disparu voici un an : c'était une très bonne idée de donner, en lever de rideau du célèbre Suor Angelica de Puccini, le très rare Mese Mariano de Giordano. Il y a bien sûr l'unité thématique des deux brefs opéras véristes, presque contemporains (1910/1918) : une femme, forcée par les convenances sociales à renoncer à son enfant, est confrontée à son absence puis à sa mort dans un milieu catholique...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité