Parce que la musique, c’est aussi le son

Le festival Ekho met la lutherie contemporaine à l’honneur.

Martine D. Mergeay
Parce que la musique, c’est aussi le son
C'est devenu une tradition : du 19 au 21 mai, en marge du Concours Musical Reine Élisabeth, se tiendra pour la quatrième fois le festival Ekho - du nom de la nymphe, en grec -, proposant exposition, rencontres et concerts. L'objectif est à la fois de développer et de renforcer les liens entre lutherie, archèterie et musiciens et musiciennes, de faire découvrir ces artisanats contemporains au plus grand nombre et de donner à "entendre" les instruments exposés. L'initiative en revient à la luthière Catherine Janssens, issue d'une famille où se côtoyaient musiciens, accordeurs et facteurs d'instruments. Pour elle, le son, en tant que tel, est un trésor : elle part à sa recherche, elle lui...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité