Le Brussels Jazz Weekend est de retour, gratuit et foisonnant

Trois festivals de qualité ont lieu les 26, 27 et 28 mai avec des programmations aux antipodes. OLT (Anvers) et CORE (Bruxelles) se déroulent tous deux dans un cadre magnifique. Le Brussels Jazz Week-end offre gratuitement une abondance de jazz aux Bruxellois.

Le Brussels Jazz Weekend est de retour, gratuit et foisonnant
©D.R.

Nous offrons bien plus que de la musique” s’enthousiasme Steven Palmaers avec un merveilleux accent bruxellois. “Le slogan du festival, c’est “Découvrez le jazz, découvrez la ville”. Et pour cause : du 27 au 29 mai, plus de 150 concerts gratuits seront organisés dans les 19 communes de Bruxelles. Avant le Covid, le Brussels Jazz week-end attirait chaque année 200 000 spectateurs. L’année dernière, pandémie oblige, les festivités n’ont pu se dérouler, mais une “édition balcons” s’est tenue “pour maintenir un sentiment de liberté”.

Quatre places emblématiques

“Au lieu de demander aux gens de se rassembler sur les places publiques, nous sommes allées vers eux” poursuit l’organisateur du BJW. “Chaque commune a eu la possibilité de faire venir des artistes sur des balcons emblématiques face à de petites audiences de 50 personnes, et un parcours vélo était balisé pour passer de l’une à l’autre.” Cette année, les sites emblématiques font leur retour. La Grand-Place, la place Sainte-Catherine, la place de la Bourse et la place de La Chapelle accueilleront à nouveau de grandes scènes et tous les types de jazz possibles et imaginables, du bebop au swing, en passant par le free. “Mais nous travaillons à nouveau avec les communes pour proposer des parcours guidés à la découverte de sites culturels et architecturaux”.

Between the bars

Le second volet du Brussels Jazz week-end est “indoor”. Comme le veut la tradition, des centaines de bars proposeront, gratuitement eux aussi, d’innombrables performances. Difficile de citer tous les noms, tant l’offre est pléthorique. La plupart des salles et clubs de jazz de la région sont associés à l’événement. Philip Catherine, Antoine Pierre, le Jazz Station Big Band, Manu Hermia, Esinam et d’autres têtes bien connues joueront les têtes d’affiche. Mieux vaut se rendre directement sur le site internet du Brussels Jazz pour choisir les lieux et ambiances qui vous parlent le plus.

"À la fin... Vous n'avez rien payé"

“Tout est gratuit, mais tous les artistes sont rémunérés” insiste Steven Palmaers. “Nous recevons d’ailleurs énormément de demandes d’artistes pour jouer, aujourd’hui encore”. Comme partout, les salles et clubs de jazz de la ville peinent encore à retrouver le rythme habituel en matière de vente de billets. Le public a perdu ses habitudes. Certains bars présents en 2019 ont fermé leurs portes. Un tel festival joue plus que jamais un rôle essentiel, pour relancer la machine. “Tout le monde est invité” conclut Steven Palmaers. “Nous avons mis en place des infrastructures pour accueillir les personnes avec un handicap ou les personnes âgées isolées. Mais surtout, à la fin du week-end, après avoir écouté autant de musique, vous n’avez rien payé. Vous pouvez vous reprendre une chope ou aller faire du shopping”.