Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter

Flea, Chad et John étaient superbes, dimanche soir, mais plombés par un Anthony Kiedis en manque de voix et de justesse.

Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter
©Mathieu Golinvaux

Ce devait être l'apothéose, le concert d'anthologie de ce Rock Werchter 2022. Enfin, pas pour les fans de Metallica qui se repassent en boucle les images du show dantesque de vendredi soir depuis deux jours, mais bien pour les dizaines de milliers de sympathisants des Red Hot Chili Peppers, massivement posés devant la Main Stage en ce dernier jour de festival.

On sait le groupe californien inégal, presque hors jeu. I'm With You(2011), The Getaway(2016) et le petit dernier Unlimited Love(2022) étant largement dispensables. Mais il y a tous les hits, le funk de Blood Sugar Sex Magik, le chef d'oeuvre Californication. Et, surtout, le retour de John Frusciante, génie torturé relativement porté sur les psychotropes, qui lui ont valu de quitter les siens à deux reprises, les laissant orphelins de leur guitariste emblématique parti en désintox.

Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter
©Mathieu Golinvaux

À 23h, tout le monde pense encore aux Killers, ultra-efficaces avec leur Power Rock festif et leurs refrains accrocheurs, quand Chad Smith (batterie), Flea (basse) et John Frusciante (guitare) entrent en scène. Cool, détendus, comme s'ils venaient répéter tranquillement. Visuellement, le contrat est respecté, Flea arbore un petit bonnet de pêcheur vert fluo, John une sobre chemise à carreaux, et Chad son habituelle casquette de base-ball à l'envers.

Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter
©Mathieu Golinvaux

Là, à la surprise générale, les trois adolescents de 50 et 60 ans se lancent alors dans une jam monstrueuse, rafraîchissante et survoltée. On en reste bouche bée, les Red Hot ne sont pas venus pour se contenter de balancer leurs hits sans trop se fouler. On s'étonne de la puissance de Smith, plus lourd que par le passé, mais aussi et surtout de la maestria de Flea et Frusciante, qui semblent manifestement s'éclater. On voit les sourires, on sent la complicité.

Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter
©Mathieu Golinvaux

Le trio enchaîne directement sur l'intro incendiaire de "Around The World", Anthony Kiedis fait son entrée, et les choses s'annoncent plus compliquées. Deux jours avant Werchter, le groupe avait annulé sa venue à Glasgow, "un musicien malade" annonçaient-ils sur les réseaux sociaux. Manifestement, c'est Kiedis qui a trinqué. Moins fringant que ses petits collègues, le chanteur a le visage creusé, une moustache qui le ne flatte qu'à moitié, et semble un rien shooté aux antidouleurs. Le premier couplet du morceau sonne faux. Le contraste avec la virtuosité musicale est saisissant. Du coup, les autres se lâchent et prennent un max de place.

Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter
©Mathieu Golinvaux

"Dani California", "Charlie" et "The Zephyr Song" font leur entrée avant "These Are The Ways" et une reprise d'Elton John. Systématiquement ou presque, Frusciante part dans un solo superbe de précision et Flea prend le micro pour remercier l'audience. Kiedis, lui, semble donner des explications erratiques aux trois autres, avant de se retirer régulièrement derrière les baffles.

Des Red Hot Chili Peppers tout chauds et un peu faux à Rock Werchter
©Mathieu Golinvaux

"Snow", "Aquatic Mouth Dance", "Wet Sand" et "She's A Lover" s'enchaînent, pas vraiment incontournables. Quatre morceaux d'un dernier album dispensable, c'est un peu trop pour captiver l'assistance. Passé "Black Summer", on entend enfin quelques compositions mythiques. "Californication", "Give It Away", "Under The Bridge" et "By The Way" s'enchaînent, tout le monde chante, enfin, et voilà que le concert se termine. Dommage, le retour de Frusciante fut réellement un grand moment. On aurait tant aimé l'entendre sur "Scar Tissue", "Other Side", "Can't Stop" ou "My Friends".