Ardentes: un parfum de retour en 2010 avec Sexion d’Assaut

Le collectif français était la tête d’affiche de la première journée du festival liégeois, qui investit un nouveau site pour cette édition.

Pour leur 15ème édition, Les Ardentes ont vu les choses en grand. D'abord, en termes de superficie. En quittant les berges de la Meuse pour s'installer dans une grande prairie près de Rocourt, le festival double sa surface avec désormais 25 hectares de terrain de jeu. De quoi accueillir bien plus de monde : environ 50 000 personnes par jour. Les scènes, elles aussi, se multiplient. Tout comme les têtes d'affiche. L'événement liégeois dédié au rap revient, après deux ans d'arrêt forcé, avec une programmation alléchante, pointue et internationale. Une chose est sûre, on n'est pas trop à l'étroit sur ce nouveau site. Et heureusement, car il y en avait du monde, hier soir, pour le retour attendu de Sexion d'Assaut. Bien plus que lors du passage d'Anderson .Paak, le protégé de Dr.Dre, connu du grand public pour son duo avec Bruno Mars, Silk Sonic. La foule est éparse devant le batteur californien. Mais pas de quoi lui retirer son enthousiasme ultra communicatif. Ça groove, ça joue. Un show 100% good vibes.

Ardentes: un parfum de retour en 2010 avec Sexion d’Assaut
©Ennio Cameriere

Le retard de la sulfureuse Megan Thee Stallion

Vers 23 heures, un important déplacement de foule s’observe entre la scène “Big Eye” et la mainstage “Phoenix”. Programmée pour 22h20, l’une des rappeuses américaines les plus en vue du moment se fait attendre. Les spectateurs, eux, perdent patience et se mettent à huer la star. Beaucoup s’en vont en se disant qu’elle ne viendra pas. Elle finira bien par arriver, quelques instants plus tard. Pour son premier passage en Belgique, on peut faire meilleure impression, c’est sûr. Mais une fois sur scène, Megan Thee Stallion tente de se rattraper. Vêtue d’un body à paillettes plutôt révélateur et maquillée d’un fard à paupières vert, l’artiste texane n’est pas du genre discrète. Tout est criard, tapageur, excessif. Mais tout se veut complètement assumé.

Dans ses textes, la rappeuse de 27 ans se montre crue, trash, outrancière. Megan Thee Stallion revendique le contrôle de sa propre sexualité, de son corps, de ses désirs. Son duo avec Cardi B, “Wap”, tube de l’année 2020, avait donné des sueurs froides à une partie de l’Amérique. On n’aura malheureusement que le temps de rester pour quelques chansons (“ Simon Says”, “Plan B”), Sexion d’Assaut commence déjà son set de l’autre côté de la plaine. On retient néanmoins une aisance épatante sur scène, des mouvements de danse audacieux et un débit acéré. N’en déplaise à ceux qui n’y verront que du mauvais goût ou de la provocation creuse. À sa manière, la gagnante de trois Grammy Awards reprend son autonomie sur les fantasmes masculins et dénonce la suprématie patriarcale.

EN IMAGES: Sexion d'assaut aux Ardentes

Instant nostalgie avec Sexion d'Assaut

Changement d'ambiance avec le collectif culte français, actif dans les années 2010. Les sept compères déboulent avec "Disque d'Or" devant une foule dense, prête à revivre ses meilleurs souvenirs d'enfance ou d'adolescence. Les festivaliers connaissent encore toutes les punchlines par cœur. Au fil de titres, on se rappelle à quel point leurs deux albums L'école des points vitaux (2010) et L'apogée (2012) sont des machines à tubes. Le premier s'est vendu à l'époque à plus de 400 000 exemplaires. Un succès populaire immense en France et en Belgique. Depuis, les membres du groupe de hip-hop ont préféré se concentrer sur leur carrière solo. On retiendra surtout celles de Gims et Black M. Epaulés par Lefa, les trois rappeurs officieront comme maîtres de cérémonie hier soir.

Ardentes: un parfum de retour en 2010 avec Sexion d’Assaut
©mathieu golinvaux

Avec “Casquette à l’envers”, “Paris va bien”, “J’reste debout”, “Balader”, “Wati By Night”, les spectateurs plongent en pleine nostalgie. Porté par l’énergie et la fougue du public, Sexion d’Assaut s’éclate sur scène à redonner vie à ses anciens titres. Gims se laisser aller à ses vocalises habituelles, qui finissent par devenir légèrement irritantes à force des répétitions. Il assure néanmoins le show et offre une interprétation de son propre hit “Sapés comme jamais”. En plus d’une grande tournée à l’occasion de leur reformation, un nouvel album a été annoncé. Mais aucun extrait n’a été dévoilé jusqu’ici. Dommage de ne pas pouvoir replacer le groupe dans les années 2020. On se contentera de revisiter le passé.