Classicisme et justesse de ton pour le "Trittico"

Welser-Möst et Loy aux commandes de la trilogie puccinienne. Avec une formidable Asmik Grigorian.

Nicolas Blanmont, envoyé spécial à Salzbourg
Classicisme et justesse de ton pour le "Trittico"
Puccini n'a jamais été le bienvenu au Festival de Salzbourg : simplement ignoré sous le long règne d'Herbert von Karajan (qui, pourtant, enregistra ses principaux opéras), puis franchement ostracisé par Gérard Mortier, qui en disait volontiers sa détestation. Il...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité