Dans l’univers de Jérôme Bosch, la joyeuse folie du "Comte Ory"

Retour de Juan Diego Florez et éblouissants débuts de Julie Fuchs.

Nicolas Blanmont
Juan Diego Florez en religieuse tente de séduire la Comtesse (Julie Fuchs).
Juan Diego Florez en religieuse tente de séduire la Comtesse (Julie Fuchs).
Étonnant destin que celui du Comte Ory. Quelques mois à peine avant Guillaume Tell, le chef-d'œuvre qui allait aussi marquer ses adieux au genre lyrique, Rossini donna en 1828 à l'opéra de Paris une comédie en deux actes plutôt légère, qu'on rattacha d'ailleurs au genre du "petit opéra", par opposition au "grand opéra" qu'illustraient ses derniers ouvrages. Et pour cette vision assez déjantée du mythe de Don Juan (le comte Ory est un tombeur en série qui n'hésite pas à se déguiser en ermite puis en religieuse pour...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité