Catherine Graindorge et Iggy Pop, l’improbable rencontre

La violoniste bruxelloise a sorti un très bel EP avec l’icône punk, le 9 septembre : The Dictator. Elle sera de passage au Botanique, ce mercredi 15 septembre.

Catherine Graindorge et Iggy Pop, l’improbable rencontre

Quand il n’est pas en tournée ou impliqué dans mille et un projets musicaux, Iggy Pop passe le temps en animant une émission de radio hebdomadaire sur BBC 6. L’ancien meneur des Stooges y jette fatalement quelques brûlots punks, mais, le plus souvent, Iggy célèbre la créativité, l’underground, la musique alternative, dont il possède une connaissance encyclopédique. D’un dimanche à l’autre, Françoise Hardy côtoie Nina Simone, Max Richter fricote avec Penguin Café, Jazzanova croise le fer avec NEU, et il arrive que des artistes relativement confidentiels à l’échelle internationale y trouvent une jolie place.

Fin de l'année 2021, à quelques semaines de Noël, la violoniste bruxelloise Catherine Graindorge reçoit un coup de fil de son label, Glitterbeat : Iggy Pop s'intéresse à son travail. Il a décidé de diffuser deux de ses morceaux dans son émission, "Lockdown" du récent et magnifique Eldorado (2021), et "Animal" que l'on retrouve sur son précédent album solo vieux de dix ans, The Secret Of Us All (2012). La musicienne n'est pas inconnue. Musicologue, auteure, dramaturge et actrice, elle a notamment collaboré avec John Parish (Producteur de PJ Harvey), donné de l'archet pour Detroit (le projet de Pascal Humbert et Bertrand Cantat), et planché sur un projet collectif avec Nick Cave et Warren Ellis. Mais Iggy Pop qui cite personnellement votre nom à l'antenne, ça n'a pas de prix. Via via, Catherine Graindorge contacte son admirateur en lui précisant que si, par le plus grand hasard, il voulait collaborer avec elle, la porte était grande ouverte. Deux jours plus tard, elle reçoit un mail : "Catherine, j'aimerais beaucoup enregistrer un morceau avec toi. Iggy".

L'homme a du goût, on imagine parfaitement la voix grave du vieux rockeur se poser sur les longues envolées cinématographiques, intenses et à haute charge émotionnelle de la violoniste. Chez elle, dans sa maison de Saint-Gilles, l'artiste triture ses cordes, crée un son, et envoie directement le tout à Miami. "J'ai simplement pensé à lui et j'ai improvisé", nous explique-t-elle, délicatement attablée sur une terrasse bruxelloise. "Je lui ai proposé des ambiances, des textures, libre à lui d'y mettre des mots par la suite". "Il m'a répondu un peu plus tard, poursuit-elle, en écrivant : "ta musique me fait penser à un livre que mon père m'avait offert quand j'étais jeune". Puis il a enregistré un passage de ce livre, mais je lui ai demandé quelque chose de plus personnel."

Deux semaines avant que n’éclate la guerre en Ukraine, Iggy compose alors les paroles de la plage titre, "The Dictator". Catherine Graindorge répond avec Mud I, Iggy lui envoie les textes de Mud II, et un quatrième titre vient compléter ce EP dont la sortie est prévue ce 9 septembre.

L'échange est continu, la collaboration conçue comme un dialogue. Au-delà du prestige, la rencontre de ces deux univers est-elle pertinente ? "Pour moi, c'est d'abord une question de sensibilité, répond-elle. Je ne peux pas vraiment mettre des mots là-dessus, j'ai ressenti que ça collait dès le départ. J'avais envie qu'il soit fragile, je sentais que cette fragilité faisait partie de lui."

Tout est enregistré à distance. Pour sortir un clip, Catherine Graindorge suggère à Iggy - alors en tournée - de lui envoyer une petite vidéo depuis sa chambre d'hôtel. Réponse de ce dernier : "Pourquoi ne pas tourner un clip lors de [son] passage au Jazz Middelheim le 13 août ?". Il y a tout juste deux semaines, elle a donc rencontré, pour la première fois, ce monstre sacré, simple, humain et d'une coolitude à faire pâlir un prof de yoga.

Un autre élément lie les deux artistes. À l'image d'un Warren Ellis, violoniste et pianiste de Nick Cave, Catherine Graindorge est totalement absorbée par son art. "Je dis toujours que si Nick Cave n'avait pas de violoniste, j'irais frapper à sa porte", rigole-t-elle. Elle qui s'est formée à cet instrument exigeant dès l'enfance, avant de renoncer au Conservatoire, pour "ne pas jouer la musique des partitions" et mieux partir vers l'inconnu, l'inconscient, se retrouver dans des lieux inédits.

L'intransigeance de sa proposition lui a fermé les portes de certaines radios grand public, "en Belgique francophone du moins, car les radios britanniques sont plus éclectiques". Iggy Pop va-t-il lui ouvrir de nouvelles portes ? "Je ne peux rien attendre ni imaginer", réplique-t-elle simplement. "Parce que depuis le début, cette aventure est spontanée. Rien n'a jamais été pensé ou programmé. J'espère qu'un jour nous pourrons jouer ensemble, mais parfois, il ne faut pas trop en demander".

The Dictator Catherine Graindorge et Iggy Pop Jazz, néoclassique Glitterbeat

Catherine Graindorge, en concert au Botanique ce mercredi 15 septembre