Moins de monde, mais un public plus international. Le bilan provisoire dressé par les organisateurs du festival liégeois Les Ardentes, dimanche après-midi, était contrasté. “Malgré un investissement important dans l’affiche” (cachets élevés pour les têtes d’affiche hip hop américaines, qui ont fait grimper le prix des tickets), la fréquentation est en baisse, avec 64 000 festivaliers, contre 76 000 en 2014 – année record. Ce sont en fait le jeudi (14 000) et le dimanche (13 000) qui sont en cause. Second constat : le public est moins régional. Quelque 40 pc des festivaliers n’étaient pas wallons cette année (20 pc sont venus de la Flandre, 10 de Bruxelles et 10 de l’étranger). Soit le double des années précédentes.

Incertitude sur le déménagement

Contre toute attente, le futur nouveau site des Ardentes n’a pas été dévoilé. Pour rappel, la manifestation liégeoise est invitée à déménager en 2016, le parc Astrid et les Halles des foires qui l’accueillent depuis ses débuts étant promis à une nouvelle vie (éco-quartier). “La recherche d’un nouveau lieu s’avère plus compliquée que prévu. Mais on y travaille ardemment, ont indiqué Gaëtan Servais et Fabrice Lamproye, les organisateurs du festival. On espère encore être dans les temps pour déménager l’an prochain”. Si tel n’était pas le cas, une “solution de repli” existe  : le cas échéant, la Ville de Liège a confirmé que le festival pouvait encore rester sur son site actuel en 2016.

Nos cinq coups de cœur

2015 fut, quoi qu’il en soit, une riche édition sur le plan musical.

-> Annoncé en messie hip hop, Kendrick Lamar a livré un très grand concert, jeudi. Classe, sobre, précis, le Californien a prouvé que son jeu en valait le cachet, et que son statut de nouveau roi du rap US était pleinement justifié.

-> La reine du r’n’b international a offert à Liège une prestation taillée à son image  : sulfureuse et royale. Féline et souriante, Nicki Minaj a sorti l’artillerie lourde et offert un véritable spectacle à l’américaine aux Ardentes.

-> Le duo franco-finlandais The DO était en forme, jeudi, et avait opté pour un set musclé et bondissant. Une parenthèse rafraîchissante dans un programme très hip hop, et l’occasion de se déhancher au son de la voix toujours sublime d’Olivia Merilahti.

-> Le concert du Britannique Gaz Coombes, samedi en début d'après-midi, fut un grand moment, inversement proportionnel au public présent. Un son exceptionnel, des morceaux captivants et des musiciens bourrés de talent.

-> L’univers très personnel et émouvant, de Benjamin Clementine eût mérité lieu plus intimiste que l’ardente plaine. Bouleversant chanteur, musicien et conteur d’histoires, l’Anglais a offert, une fois de plus mais désormais entouré d’un groupe, un concert d’une rare intensité.