Jour 3 aux Ardentes. La météo est idéale, la fréquentation va croissant (14.000 festivaliers le jeudi, 17.000 le vendredi et davantage annoncés ce samedi) et la journée s'annonce riche. Le festival liégeois, jusque-là plutôt orienté hip hop, prend ce samedi un tour nettement plus pop et rock (même si la tête d'affiche du jour est une diva hip hop/r'n'b : Nicki Minaj). 

Quelques beaux noms de la pop britannique sont de la partie, dont Gaz Coombes, qui joue côté parc en début d'après-midi. Second album solo sous le bras (“Matador”, voir ici les détails), l'ex-leader de feu Supergrass se produit devant un public très clairsemé. Trop tôt dans la journée, sans doute. Trop court aussi (40 minutes). Car le concert est excellent. La qualité du son est franchement impressionnante, le talent du chanteur et de ses musiciens ébouriffant, les morceaux captivants (mélodies et rythmiques en montagnes russes, trouvailles sonores). 

“20/20”, morceau à tiroirs tout en somptueuses fêlures, tient parfaitement la route sur scène, et que dire du bien-nommé “The English Ruse”, galop pop implacable entrecoupé d'un interlude féérico-intersidéral totalement planant. “Break the silence, come on, let it go” assène l'Anglais sur un final décoiffant. Rien de tel qu'un bon Gaz pour lancer l'Ardente machine. On verra si Paul Weller, le parrain de la britpop, la fait aussi bien tourner ce soir.