Jusqu'à présent lors de ces neuvièmes Ardentes du nom, on est resté sur le même ton. Pas vraiment de découverte, l'un ou l'autre désappointement (la légende pour le moins écornée Mobb Deep en tête), à défaut de dire déception. Et toujours beaucoup, beaucoup de hip hop. À ce petit rap-jeu là, ce sont les Américains Isaiah Rashad – captivant bien que moins tranchant qu'en studio – et Schoolboy Q – plus sombre encore et davantage électrisant que sur disque – qui remportaient nos suffrages jeudi. Wiz Khalifa s'étant lui contenté d'agiter ses tatoos en rythme. Juste avant l'averse tropicale (Crédits: Michel Tonneau).

Vendredi, les tauliers Method Man et Redman étaient quasi à l'heure. Un quart d'heure de retard seulement, par principe. Et en assez bonne forme aussi, reléguant au rang d'amuse-gueule des MC's plus fraîchement débarqués comme T.I. ou Kid Ink, dont les prestations de fin d'après-midi furent anecdotiques. Mais il était temps de changer d'ambiance. D'entrer en mode électronique. C'est d'ailleurs, de coutume, toujours ainsi que l'on ouvre le week-end aux Ardentes, rendez-vous des clubbers de tous poils dès que la seconde nuit tombe.

Pour les y attirer, les programmateurs avaient réussi à convier à Liège une figure mythique du genre. Giorgio Moroder, papy DJ le plus hype du moment, en exclusivité aux Ardentes. Depuis son retour en gloire, tout le monde se l'arrache, lui qui n'aura donné qu'une poignée de date cet été (USA, Australie, Angleterre, France, Luxembourg et donc Belgique). Ça sent le cassage de tirelire. S'ils avaient su...

Bien connu des aficionados de rythmes électros, monsieur Giorgio Moroder l'est aussi depuis peu des profanes. La faute ou grâce à deux casqués français, nommés Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, qui en ressuscitaient la légende l'an dernier à l'occasion de leur récent et retentissant "Random Access Memories". Sur une troisième plage-interview en forme d'hommage, réalisée par Daf Punk en tandem avec le musicien italien. Un regain d'intérêt qui justifia donc l'organisation d'une mini-tournée.


La suite de l'article est à retrouver sur Let it Sound, le blog musique de La Libre !