C'est sous un ciel demi-gris que s'ouvrait la 9ème mouture du festival liégeois ce jeudi. Une édition au menu alléchant et équilibré, spécialement porté sur la chose hip hop en cette première journée. Le site du festival est déjà abîmé. La pluie continue de ces dernières heures a fait son office. Et dans certains passages stratégiques, c'est peu dire que ça glisse. Qu'importe, l'air des bords de Meuse donne bonne mine aux festivaliers, et de furtives éclaircies rendent l'espoir permis. Car s'il repleut sur ce Parc Astrid-là, la futur des opérations risque d'être compromis.

Au rayon vents mauvais, trois annulations sont à déplorer. Elles se concentrent toutes dans la programmation de samedi. Earl Sweatshirt, surdoué du rap US et chef de la meute Odd Future, nous fera à nouveau le coup de ne pas se pointer. Le garçon est épuisé. Passons... La liste des délices rock sera également sévèrement amputée. Les Anglais Palma Violets, baby-Libertines s'il en est, et leurs compatriotes Archie Bronson Outfit, devront aussi déclarer forfait. Version officielle: «Changement de programme». En coulisses, une location de studio oubliée est invoquée pour les premiers, occupés à la confection de leur 2ème LP. Les seconds, auteurs d'un récent "Wild Crush" décevant, n'ont vraisemblablement pas su booker assez de dates pour boucler la tournée. Dommage, ces trois groupes-là auraient à coup sûr trouvé une place dans notre résumé de la journée.

Ce sont les Français Shaka Ponk qui clôtureront en force la soirée. Mais avant que le soir tombe, deux petits succès d'estime sont à noter. Sur la grande scène, La Pegatina, collectif barcelonais faiseur de rumba, conclut son set dans les hourras. Après l'avoir trop jalonné pour nos délicates écoutilles de «tagada-tsouin-tsouins». De l'autre côté du site, à l'ombre du bétonné HF6, les Toulousain Cats On Trees, pourtant ni perchés ni félins, déroulent leurs refrains pop FM. L'audience s'égosille et frappe des mains à l'appel des sirènes, leur unique véritable tube à ce jour. Mais à l'instar de la voix de Nina Goern, la prestation du jeune tandem manque cruellement de relief. Ni l'un ni l'autre ne nous a fait grand effet, mais le public semble avoir apprécié.

La palme du boulet du jour – sans sauce lapin à notre grand regret – revient au duo franchouillard Inspector Cluzo. Gueulard et moralisateur, son insupportable chanteur nous a bassiné une petite heure durant de ses mauvaises vannes alter mondialistes. Enfin, parlons hip hop. Avec un gros line-up à base de Wiz Khalifa, de Schoolboy Q et des légendaires Mobb Deep pour la suite des festivités. Et déjà une bonne prestation d'un MC venu du Tennessee. Moins séduisant que sur sa première plaque – "Cilvia Demo", sortie en janvier – mais néanmoins efficace, Isaiah Rashad livra un concert qui alla crescendo. Et laissa, pour ses collègues et sa succession, le microphone tout chaud.