Alors oui, le ciel était plus gris et les festivaliers moins nombreux, dimanche aux Ardentes (13.000, contre 19.000 la veille), mais il ont eu droit à une soirée pour le moins lumineuse, euphorisante, dans le parc Astrid (tandis que la halle bruissait également de commentaires élogieux concernant la prestation du groupe belge Balthazar).

Le sourire contagieux d' Erlend Øye

Il fallait voir comme ils avaient déjà la banane, à l'issue du concert du Norvégien Erlend Øye, pourtant peu connu du grand public (même s'il officie par ailleurs dans les groupes King of Convenience et The Whitest Boy Alive). Avec son air de ne pas y toucher, son grand sourire contagieux, les arrangements chatoyants fournis pas ses musiciens, et cette façon de vous ballader joyeusement d'une ballade pop-folk à un titre en italien et puis à une reprise de Röyksopp, Erlend Øye a dignement chauffé la plaine pour Metronomy.

Les mélodies imparables de Metronomy

Fiévreux et enroué, le chanteur de l'excellent groupe pop britannique, Joseph Mount, n'était clairement pas à 100pc de ses moyens. Mais cela n'a pas vraiment gâché la prestation. Metronomy a pu compter sur ses mélodies bondissantes, sa ribambelle de claviers vintages, ses gimmicks qui donnent furieusement envie de chanter et danser, et surtout sa fine équipe de musiciens-choristes (du genre monté sur ressorts, sourire radieux et petits pas de danse plein les souliers), pour aviver l'ardent public. Il fallait voir comme il avait le sourire aux lèvres et l'humeur joyeuse, à l'issue du concert.

Le groove insidieux de D'Angelo

Le maestro D'Angelo a achevé le boulot, et de brillante manière, même s'il s'est fait attendre quarante minutes. L'Américain, bardé de dix musiciens et choristes -sans pour autant surcharger la barque des arrangements-, a inondé la plaine de son groove moite, trempé dans la soul (surtout), le funk, le r'n'b et le jazz. Plus “Brown Sugar” et “Sugah Daddy” ont eu raison des festivaliers les plus récalcitrants, les jetant à leur tour dans la danse. Dans la grande ondulation collective.